Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie




Par: Désiré Nimubona , jeudi 20 octobre 2011  à 19 : 28 : 40
a

L’indice de la corruption en Afrique de l’est vient d’être publié dans le rapport « Transparency International », et le Burundi vient en tête.

Selon ce rapport, le Burundi est le pays le plus corrompu de la Communauté Est Africaine, avec comme indice de 37,9% contre 36,7% en 2010.

Selon le même rapport, l’Ouganda et la Tanzanie ont été classés deuxième et troisième à 33,9% et 31,6% respectivement, contre 33 % et 28,6% en 2010.

Le rapport montre que les citoyens burundais ne peuvent pas dénoncer les corrupteurs croyant qu’aucune action légale ne peut être entreprise. En outre, selon le rapport, il y’a même ceux qui ne savent pas où et comment dénoncer les actes de corruption, ou tout simplement par peur d’être tué.

Malgré cet état des choses, un rapport de Doing Business 2012, en collaboration avec la section subsaharienne de la Banque mondiale, montre que le pays est parmi les pays d’Afrique subsaharienne, où l’économie est en pleine croissance après des décennies de guerres civiles.

Pour la quatrième année consécutive, l’île Maurice a été le meilleur endroit en Afrique sub-saharienne pour faire des affaires, avec un rang mondial de 23.

« En mettant en œuvre des réformes dans des domaines tels que payer des impôts, obtenir du crédit, le démarrage d’une entreprise, octroi de permis de construire, transfert de propriété, et à résoudre l’insolvabilité, São Tomé et Príncipe, Cap-Vert, la Sierra Leone et le Burundi sont parmi les plus améliorées économies de la région pour les entrepreneurs », lit-on dans un communiqué de ce matin à Washington par International Financial Corporation, branche de la Banque Mondiale .

"Les Economies des pays post-conflits comme le Burundi, le Libéria et la Sierra Leone sont parmi ceux qui ont mis en œuvre de vastes réformes réglementaires », a déclaré Sylvia Solf, auteur principal du rapport cité par l’International Financial Corporation.

« Ils démontrent que, malgré les défis, les économies peuvent aller de l’avant pour encourager l’entrepreneuriat.", conclut ce communiqué

De nouvelles données montrent que l’amélioration de l’accès à l’information sur la réglementation des affaires peut aider les entrepreneurs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1899 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme



a

A quand le démarrage du barrage hydro-agricole de Kajeke ?



a

Agriculture : Vers la « redynamisation » cotonnière au Burundi



a

Muyinga: Un don de lapins accordé aux femmes pour soutenir l’économie familiale



a

Marché de Kinama réhabilité : Course aux stands



a

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière



a

Pénurie ou spéculation autour de petites pièces de monnaie





Les plus populaires
COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018,(popularité : 16 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 7 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 3 %)

Le PTD contre la privatisation des entreprises de l’Etat,(popularité : 3 %)

Le manque de devises à la BRB à l’origine de la dépréciation du Franc Burundais,(popularité : 3 %)

"La banque centrale est défaillante dans la supervision bancaire",(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 3 %)

L’Agence Buundaise d’Investissement dresse un bilan positif et espère encore à un bon classement,(popularité : 3 %)