Intrigue autour de l’affaire Rukara




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 22 juin 2012  à 19 : 31 : 15
a

François Bizimana, ancien parlementaire de l’EAC qualifie de manœuvres dilatoires les récentes déclarations de Mohamed Rukara autour du blanchiment d’argent. L’ombudsman Burundais a en effet dit lors de sa visite au nord du Burundi où il était allé pour l’ouverture du bureau régional de l’institution de l’ombudsman burundais que sa richesse est normale au regard des fonctions qu’il a occupées dans son parcours.

Mohamed Rukara avait en effet dit que sur son compte bancaire de garantie se trouve seulement une somme de 160 milles euro, une somme d’argent qu’il utilise d’ailleurs pour venir à bout difficultés des burundais vulnérables selon ses termes .

Prenant à temoin, l’ambassadeur de la Belgique au burundi, il a dit avoir pardonné les personnes qui , aujourd’hui le reprochent coupable de blanchiment d’argent depuis que cette situation défraie la chronique des médias.

Suite à cette réaction de l’ombudsman sur l’origine de ses avoirs, François Bizimana a indiqué à la presse que ces propos sont tout simplement des manœuvres dilatoires.

"Au lieu de s’exprimer sur les médias, Mohamed Rukara devrait plutôt démissionner", dit-il.

Selon lui, les Burundais ont toujours soif de la vérité, non seulement sur ses avoirs aujourd’hui entachés de zones d’ombres, mais aussi sur les personnes qui, le mois passé, en ont voulu à sa vie.

Pour lui, ces propos visent à cultiver l’oubli au sein de la population et sont en outre des semblants d’intrigues théâtrales.

Difficile en tous cas de croire que le journal Belge a fait de fausses déclarations aussi longtemps que lumière autour de ce dossier n’a pas encore été levée selon les associations de la société civile burundaise .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

14112 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 5 %)

Burundi : Le président complète la liste des conseils nationaux prévus par la constitution de 2005,(popularité : 5 %)

La Nouvelle Zélande - le Burundi : Une Coopération absente mais nécessaire ,(popularité : 4 %)

Burundi : Des condoléances suite à la mort de l’ancien « terroriste », et médiateur Nelson Mandela ,(popularité : 3 %)

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 3 %)

Les communes de la Mairie seront Muha, Mukaza et…mais ,(popularité : 3 %)

La société civile dans le collimateur du conseil national de sécurité ,(popularité : 2 %)

La société civile, les syndicats et le gouvernement devraient privilégier le dialogue ,(popularité : 2 %)

La société civile appelle à une grève pacifique en restant dans les ménages,(popularité : 2 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)