Pour qui roule l’impunité au Burundi ?




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 18 juillet 2012  à 13 : 42 : 21
a

Human Rights watch vient de rendre public ce lundi un document sur l’évaluation périodique universelle de 2008 à 2012 qui montre que l’impunité constitue une autre tare pour la démocratie au Burundi. Ce document stipule en effet que la violence politique a refait surface après les élections de 2010.
Des dizaines de personnes ont été tuées en 2011 à la suite des attaques réciproques dirigées contre les membres du parti au pouvoir et des groupes armés soupçonnés d’appartenir au parti FNL. Le cas le plus emblématique aura été le meurtre de 37 personnes suite à une attaque par des personnes armées en septembre 2011. Jusqu’à présent la lumière à propos de ce meurtre n’a toujours pas été élucidée.
Une vingtaine d’organisations de la société civile Burundaise viennent de rendre public un document similaire dans lequel elles recommandent au gouvernement d’adopter des mesures de nature à promouvoir l’indépendance de la magistrature.

Le procès sur ces meurtres a été entaché d’irrégularités que les familles des victimes et des accusés indiquent que le dossier a été parsemé d’injustice selon ce document.
Human Rights watch indique que l’une des tares de la démocratie Burundaise est aussi l’impunité. Certaines personnalités, membres du parti au pouvoir et des institutions de paix et de sécurité citées dans des dossiers sensibles, n’ont jamais fait objet de poursuites judiciaires.

Plusieurs crimes ont été imputés aux anciens membres du FNL sans aucune preuve tangible.
Les propos des organisations de la société civile, les organisations internationales de défenses des droits de l’homme et des médias ont été interprétés par le pouvoir de Bujumbura comme des paroles de l’opposition politique au Burundi. Le porte parole du gouvernement de Bujumbura a qualifié de « déclaration de guerre le rapport de Human Rights watch sur la violence politique au Burundi en mai 2012 » indique ce document.

Pour Human Rights watch , une des recommandations pour l’Evaluation périodique universelle est aux responsables de ce pays qu’ils ont l’obligation de rendre compte à la population. Dans l’avenir, la justice Burundaise sera inéluctablement dans l’obligation de traiter les dossiers se rapportant aux exécutions extra judiciaires dont sont aujourd’hui probablement imputables les forces de l’ordre et de la sécurité de ce pays.
Le pays devrait faire preuve d’innovations pour que les défenseurs des droits humains ne soient pas malmenés comme tel est le cas aujourd’hui.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

558 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !



a

Mugara : Climat malsain entre les fideles de l’église UEPEBU ce dimanche





Les plus populaires
Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 20 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 3 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

La sécurité de la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance ,(popularité : 2 %)

L’armée demande un soutien de la population pour lutter contre l’insécurité,(popularité : 2 %)

Un membre du conseil communal de Ruyigi tuée,(popularité : 2 %)

Cibitoke : Un démobilisé rwandais aux mains des Services National burundais de Renseignement,(popularité : 2 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 2 %)

Reprise timides des activités à Goma, le M23 recrute,(popularité : 2 %)

Un prêtre catholique échappe de justesse à un lynchage par des imbonerakure à Makamba,(popularité : 2 %)