L’ARCT procède au balayage des opérateurs télécom fantômes au Burundi




Par: Désiré Nimubona , jeudi 13 septembre 2012  à 10 : 04 : 44
a

L’Agence de Régulation et de Contrôle de la Télécommunication, ARCT, vient de retirer à deux opérateurs de la télécommunication, à savoir Hits Telecom Burundi et Comium Data Burundi, leurs licences d’exploitation.

« Les deux sociétés ont été incapables d’exploiter les licences obtenues de la part du Gouvernement burundais et d’honorer leurs obligations contenues dans les contrats de concession signés entre ces opérateurs et le Burundi représenté par l’ARCT, auxquels ils avaient librement souscrit », déclare le Directeur Général de l’ARCT, Salvator Nizigiyimana, dans une conférence de presse animée ce mercredi à Bujumbura.

Selon le patron de l’ARCT, chacune de ces sociétés était censée construire et mettre en exploitation le réseau pour lequel ils avaient eu la licence d’une durée de 180 jours, soit six mois pour commencer leurs travaux.

Les fautes de ces opérateurs, selon lui, ne se limitent uniquement à ce refus d’exploiter les fréquences attribuées. L’ARCT constate avec amertume que ces deux opérateurs n’avaient même pas été payés les frais de garantie de bonne exécution exigés au début de chaque exploitation.

Ces frais, raconte la patron de l’ARCT, arrivaient à 1 million de dollars pour Hits Telecom Burundi et Comium Data Burundi devrait payer 250.000 dollars, ce que ces deux opérateurs n’ont pas fait, regrette Nizigiyimana dans sa conférence ce mercredi matin à Bujumbura.

Hits Telecom Burundi est allé loin, ajoute le DG de l’ARCT, « les visites de nos inspecteurs ont été obstrués par l’opérateur ».

Si Hits Telecom Burundi était en train de faire quelque chose de bon, ajoute-t-il, il n’aurait pas refusé à notre équipe l’accès.

Hits Telecom Burundi allait introduire au Burundi une autre compagnie de téléphonie mobile à 3G, tandis que Comium Data Burundi allait exploiter le réseau de l’internet sans fil, selon toujours la direction générale de l’ARCT.

Notons que Hits Telecom avait sa licence depuis le mois de janvier 2008 et Comium Data avait obtenu sa licence depuis juillet 2008, et avait chacun six mois pour commencer l’exploitation de leurs fréquences.

En 2012, raconte le DG de l’ARCT, Comium Data n’avait, jusqu’ici fait ne fut ce qu’une petite chose montrant son existence, tandis que Hits Telecom Burundi « aurait importé » certains équipements sans même demander l’homologation de l’ARCT, ce qui est aussi contre la loi.

La rédaction n’a pas encore trouvé les responsables de Hits Telecom Burundi et Comium Data Burundi pour réagir à ces accusations.

Cependant, la même rédaction est témoins de certaines réalisations de Hits Telecom Burundi.

En Aout dernier, lors de l’inauguration de l’Immeuble du Cinquantenaire de l’homme d’affaire Jean Marie Rurimirije, une visite guidée à l’intérieur de cet immeuble a été fait par des agents de Hits Telecom Burundi.

Lors de cette visite, des agents de Hits Telecom Burundi, qui avaient loué cet immeuble avaient montré aux médias et même aux autres visiteurs des équipements déjà installés. Les visiteurs comprenaient le maire de la ville de Bujumbura, l’ancien ministre Pierre Mupira et les autres hauts cadres de l’Etat qui s’étaient donné rendez-vous dans les cérémonies d’inauguration de cet immeuble.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

967 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme



a

A quand le démarrage du barrage hydro-agricole de Kajeke ?



a

Agriculture : Vers la « redynamisation » cotonnière au Burundi



a

Muyinga: Un don de lapins accordé aux femmes pour soutenir l’économie familiale



a

Marché de Kinama réhabilité : Course aux stands



a

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière



a

Pénurie ou spéculation autour de petites pièces de monnaie





Les plus populaires
COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018,(popularité : 16 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 7 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 3 %)

Le PTD contre la privatisation des entreprises de l’Etat,(popularité : 3 %)

Le manque de devises à la BRB à l’origine de la dépréciation du Franc Burundais,(popularité : 3 %)

"La banque centrale est défaillante dans la supervision bancaire",(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 3 %)

L’Agence Buundaise d’Investissement dresse un bilan positif et espère encore à un bon classement,(popularité : 3 %)