Revue du 13 octobre 2012




Par: Richard Nzokizwanimana , mercredi 17 octobre 2012  à 12 : 17 : 25
a

Le prince Louis Rwagasore, un homme hors du commun, titre le journal le Renouveau du Burundi.

Au moment où les Burundais commémorent ce 13 octobre le 51ème anniversaire de l’assassinat du prince Louis Rwagasore, ce quotidien gouvernemental revient sur les circonstances de son assassinat. Rentré de ses études en Europe en 1956, il fonda le parti UPRONA en 1958 mais ne fut reconnu par la puissance tutélaire en 1960.

Devant la montée de l’UPRONA, les partis qui étaient à la solde de la puissance tutélaire réclamèrent l’intervention de la tutelle pour éliminer le prince Louis Rwagasore de la scène politique. Il finit par être éliminé le 13 octobre 1961.

En page politique, le journal Iwacu écrit que le pouvoir a peur d’Hussein Radjabu.

L’avocat de cet ancien homme fort du CNDD FDD au pouvoir trouve incompréhensible le fait que son client reste en détention alors que ses coaccusés ont été relâchés. Il estime que le pouvoir le maintient en détention parce qu’il le craint.

L’ancien homme fort du CNDD FDD a déjà purgé un quart de sa peine. Alors qu’il lui aurait été suggéré de demander pardon au président de la république pour qu’il soit libéré, ce dernier aurait refusé, mentionne l’hebdomadaire.


La pénurie du carburant est loin d’être jugulée.

Cette confirmation émane d’un pétrolier qui s’est entretenu sous l’anonymat avec l’agence Net Press. Il fonde son argumentaire sur la structure officielle des prix des carburants du ministère du commerce qui ne se conforme pas aux réalités du moment.

La structure de 170 dollars américains le m3 à laquelle sont soumis les opérateurs burundais est relativement inférieure aux fonds dépensés par ces derniers. Il dit que les pétroliers paient autour de 180 voire 190 dollars américains. Cela est dû aux tarifs de location des camions ou du temps de stationnement des bateaux qui amènent le carburant.

L’autre découragement des importateurs burundais de cet or noir et qui entraîne la pénurie du carburant est la dépréciation du francs burundais par rapport au dollar. Si par exemple, on fait la commande du carburant sur base de la structure des prix du ministère de tutelle qui est à 1.400 Fbu le dollar et qu’au moment du paiement du carburant importé, le dollar est monté jusqu’à 1.540 Fbu, c’est l’importateur qui supporte le surplus.

Pour lui donc, tant que le ministère du commerce, de l’industrie, des postes et du tourisme continue à appliquer des mesures qui découragent l’investisseur, la pénurie des produits pétroliers se poursuivra

Procès Ruvakuki et consorts : la justice burundaise balbutie, écrit le site arib.info.

C’est à la stupéfaction générale que le président de la cour d’appel de Gitega a conclu la première journée du procès en appel de Hassan Ruvakuki et de ses 22 co-accusés, le 8 octobre 2012, en annonçant la prochaine audience pour le 18 octobre.

Contrairement à ce qui s’était passé auparavant à Cankuzo, le siège a semblé plutôt à l’écoute et pour la première fois, les prévenus et leurs avocats ont pu s’exprimer sur le fond. Mais la décision du juge de reporter la prochaine audience prolonge encore sa détention.

Le principal intéressé, Hassan Ruvakuki, ne semblait pas lui-même savoir si ce report était une bonne ou une mauvaise nouvelle, se contentant de dire "Ca va aller, merci pour tout, je rentre à Muramvya.


Le journal Iwacu revient aussi sur la commission vérité et réconciliation au Burundi, et se demande si le rendez-vous de décembre sera
respecté. Il semble que cela ne soit qu’un vieux pieu, écrit-il.

Selon le porte parole du président de la république, un comité est en train de travailler l’avant-projet de loi portant création, mandat, composition, organisation et fonctionnement de la CVR pour qu’il puisse être finalement un projet de loi. Pour lui, l’objectif est d’avoir avant la in de cette année, des lois, des décrets et des règlements en faveur de la mise en place de la CVR au Burundi.


Attention, Angel face rôde, écrit l’hebdomadaire Iwacu

Elle a un visage d’ange, sauf qu’elle rafle tout sur son passage. Elle, c’est Diane Uwimana, 22 ans, native de la commune Ngagara, environ 1m et demie de taille. Quand elle entre dans un bureau, écrit Iwacu, tout ce qui peut être mis dans son sac à main est pris : téléphones, ordinateurs portables, etc.

Le butin est impressionnant car, en moins de 30 jours, Diane Uwimana a déjà raflé une dizaine d’ordinateurs portables. Au projet Fida, au programme élargi de vaccination, au CENAP, mais aussi dans un commissariat de la police. La liste des victimes est longue, écrit l’hebdomadaire, précisant que le groupe de presse Iwacu est sa dernière victime.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

315 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article