Le Burundi, meilleur réformateur en Afrique et 5ème dans le monde




Par: Désiré Nimubona , mercredi 24 octobre 2012  à 09 : 26 : 07
a

Le Burundi, petit pays de l’Afrique de l’est, est désormais le premier pays réformateur et le cinquième au monde, selon un rapport Doing Business 2013 de la Banque Mondiale rendu public hier matin à New York.

Dans la rubrique « lancer une affaire », le Burundi a avancé de 71 places passant de la 99ème place dans le rapport Doing Business 2012 à la 28ème place sur les 185 économies concernées par ce classement.

Le Burundi a aussi progressé de 25 places dans la rubrique « obtention du permis de construire » selon ce rapport, passant de la 166ème place pour le classement 2012 à la 141ème place.

En ce qui est de « l’enregistrement de la propriété » le Burundi, selon ce nouveau rapport, est passé de la 143ème place en 2012 à la 127ème place, ce qui lui a permis de dépassé 16 pays.

Le Burundi est par voie de conséquence, premier pays africain à avoir initié beaucoup de réformes et gagné beaucoup de places dans le classement. Il devient aussi la 5ème économie mondiale à avoir initié des reformes.

Toutefois, le rapport qualifie le Burundi de pays à bas revenue avec 250 $ par an. D’autres faiblesses ou tares au niveau de l’amélioration du climat des affaires sont signalés.

Le Burundi, selon ce même classement 2013, a reculé en arrière de six places, en passant de la 131ème place à la 137ème place dans le « payement des taxes ». Le Burundi a aussi perdu des points dans « la protection des investisseurs », car il a passé de la 46ème place à la 49ème place, perdant ainsi 3 points en une année.

Le Burundi est aussi reconnu comme pays où l’obtention d’un crédit est un casse-tête. Alors que le pays était classé 165ème l’année passée, il a perdu deux places et est classé 167ème sur un total des 185 économies concernées par le classement Doing Business.

Le pays a reculé d’une place alors dans l’obtention de l’électricité, dans les contrats, tandis que les choses n’ont pas changé dans la rubrique commerce transfrontalier.

Depuis la mise en place de l’Agence de Promotion des Investissements, API, le Burundi a initié des séries de réformes dans le système économique. De nouvelles entreprises étrangères comme Kobil Burundi, Jubelee Insurance Company, Diamond Trust Bank (DTB), Kenya Commerce Bank (KCB) et bientôt CRDB Bank de la Tanzanie et des hôtels.

Selon des sources de l’API des investisseurs burundais et étrangers se sont fait enregistré dans le domaine de l’hôtellerie et dans la transformation des aliments plus que dans les autres domaines.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

877 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme



a

A quand le démarrage du barrage hydro-agricole de Kajeke ?



a

Agriculture : Vers la « redynamisation » cotonnière au Burundi



a

Muyinga: Un don de lapins accordé aux femmes pour soutenir l’économie familiale





Les plus populaires
Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 6 %)

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités,(popularité : 3 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 3 %)

Muyinga : Les coopératives des caféiculteurs priment les femmes,(popularité : 3 %)

‘’Les partenaires prêts à accompagner la CEPGL même sans sommet’’, dixit Herman Tuyaga,(popularité : 3 %)

Turkish Airline au Burundi bientot,(popularité : 3 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 2 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 2 %)

Office du Thé du Burundi lance une nouvelle ligne du thé vert,(popularité : 2 %)