Revue du 05 novembre 2011




Par: Richard Nzokizwanimana , lundi 7 novembre 2011  à 07 : 05 : 28
a

A la une du journal Iwacu, des témoignages troublants.

Le premier témoignage est celui du campus Mutanga, où Zéphyrin Nzoyisaba incrimine le service national de Renseignement.

L’étudiant Nzoyisaba dénonce un montage grossier monté de toutes pièces ; il affirme avoir participé dans ce montage parce que le Service national de renseignements lui avait promis de l’argent. L’agence net press ajoute que c’était dans l’objectif de pouvoir arrêter « légalement » les membres de l’opposition et trouver des boucs émissaires dans le dossier du carnage de Gatumba du 18 septembre 2011.

Rien d’étonnant dans ce retournement des faits, fait savoir pierre Claver Mbonimpa, président de l’APRODH. Il explique que Zéphyrin Nzoyisaba était avec certains éléments du service secret à la veille de l’incident au campus Mutanga et que les noms qu’il a cités existent bel et bien au service national de Renseignement.

L’hebdomadaire Iwacu conclut que Zéphyrin Nzoyisaba, actuellement à la prison centrale de Mpimba n’a pas encore fini de décevoir les commanditaires et raconte qu’il va tout balancer.

Un autre témoignage troublant est celui de Gatumba

C’est une autre histoire de manipulation ratée, d’après toujours l’hebdomadaire Iwacu. Selon une lettre envoyée au président de l’APRODH par le principal prévenu, Innocent Ngendakuriyo alias Nzarabu, les massacres de Gatumba sont le résultat mafieux d’une traque d’un certain Carmel connu sous le nom de Mukono, un ancien combattant du FNL amputé d’un bras suite au combat.

Dans cette lettre, Nzarabu raconte comment il a été appelé par un certain Maurice, chef de cabinet travaillant dans les bureaux de la présidence pour lui donner une mission d’infiltrer les groupes armés pour neutraliser les chefs rebelles. Il raconte aussi qu’il y a rencontré un certain Désiré Uwamahoro, et une autre personne surnommé Ndakugarika. Ils lui ont donné une enveloppe de 200.000Fbu.

Arrivé dans le groupe des FNL, comme ils avaient besoin de médicaments, Nzarabu a pensé à une pharmacie située à Gatumba tout près du bar les amis. C’est là où des coups de feu ont été entendus et chacun a couru dans sa direction. Nzarabu a eu peur de regagner ses supposés compagnons de lutte et a rejoint Désiré Uwamahoro.


Le ministre Bunyoni se convertit à l’Eglise de la Première dame du pays, écrit le site arib.info

Le richissime commissaire de police Alain Guillaume BUNYONI vient d’être baptisé dimanche 30 Octobre 2011 à l’Eglise le Rocher. Cette Eglise est dirigée par Madame Denise NKURUNZIZA, l’épouse du Président de la république Pierre NKURUNZIZA.

Pour les promoteurs de la candidature de cet officier à la tête du CNDD-FDD, puis à la magistrature suprême, cette conversion à l’Eglise de la première dame de fer du Burundi est un grand pas vers l’investiture à la tête du parti.

La Tanzanie continue à refouler des ressortissants burundais, écrit l’agence burundaise de presse.

Il s’agit de 23 burundais qui ont été refoulés du camp de réfugiés d’Uliyankulu dans la région de Tabora. Ils sont arrivés le samedi 29 octobre au poste frontalier de Mugina à bords des camions tanzaniens. Ils ont été par la suite acheminés au chef lieu de la commune Makamba en attendant d’être conduits vers les communes d’origine.

L’agence net press parle d’un lancement officiel d’une campagne contre la vie chère au Burundi, cela depuis le 3 novembre dernier.

La campagne a été lancée par les organisations de la société civile à savoir l’OLUCOME, l’OAG, l’ABUCO, la PARCEM, ainsi que les confédérations syndicales telles que la COSYBU et la CSB. C’est dans l’objectif de faire un plaidoyer pour l’amélioration des conditions de vie des citoyens burundais. 

En organisant une telle campagne, ces organisations et confédérations ont fait allusion à une montée excessive des prix des produits de première nécessité tels que le carburant, le sucre, les boissons de la BRARUDI, les matériaux de construction, le ticket de transport ainsi que la hausse des tarifs de l’eau et de l’électricité au cours du premier semestre de l’année 2011. 

La mendicité en ville de Bujumbura : vie ou contrainte de survie  

C’est le titre d’une agence de presse Le nationaliste, qui écrit que le niveau de vie d’un peuple témoigne de l’état conjoncturel de l’économie d’un pays. Pour l’agence, les faits reflètent la mentalité d’un peuple


Mais l’exemple vient d’en haut selon le Nationaliste 
 

C’est la traduction d’un adage rundi qui dit que "umwera uva i bukuru ugakwira hose", et qui peut selon notre confrère, se vérifier pour ce phénomène précis. Lorsqu’un pays en est à financer son budget à plus de 50% grâce à l’aide extérieure, comment en serait-il autrement au niveau du peuple ? Le nationaliste conclut que la dignité et l’honneur qui faisait le mutware d’hier se raréfient dans les sphères politiques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

642 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article