Un discours peut décrédibiliser son auteur




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 4 janvier 2013  à 09 : 17 : 19
a

Le Prof. Gertrude Kazoviyo estime que les Burundais en général et les autorités en particulier devraient savoir qu’un discours aux relents de propagande décrédibilise celui qui le prononce.

Alors que le président Pierre Nkurunziza est revenu sur les promesses qu’il avait faites les années écoulées dans son discours à la nation du président de la république au début de l’année 2013, cette spécialiste de l’analyse du discours estime que les Burundais devraient apprendre à évaluer leur président sur base de ces promesses qui se répètent dans son discours chaque fois mais qui ne sont pas réalisés dans le temps et dans l’espace .

Le professeur Gertrude Kazoviyo estime que le président devrait savoir aussi qu’un discours s’évalue sur base de ce qui a été réalisé dans le temps et dans l’espace et qu’il témoigne en même temps d’une degré de confiance que le peuple devrait avoir en son égard.

« Dans les démocraties occidentales l’évaluation d’un discours sur base de ce qui a été réalisé les années passées », a-t-elle souligné.

Comme rappel, le président a dit que le pays regorge de potentialité économique qui pourraient faire du Burundi un pays exemple en matière de progrès économique à condition pour les Burundais de sauvegarder la paix et d’aimer le travail.

Pierre Nkurunziza était revenu sur les promesses des années notamment le projet d’extraction des minerais comme le fer, le nickel et autres à travers le pays.

Il avait dit qu’en plus de Kaburantwa et Kajeke où les barrages sont en constructions d’ici peu, le Burundi va aussi procéder à la construction des barrages sur les rivières Jiji et Murembwe pour avoir de l’énergie électrique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

561 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI



a

Burundi : Le parti CNDD va participer aux élections sous des conditions



a

Burundi : Intolérance politique à Rweza, les habitants craignent la vengeance



a

Burundi : le 1er vice-président de la République appelle la presse à accompagner le processus électoral



a

Burundi : Le CNARED, tend-t-il la main à Gitega ?



a

Rumonge : Une permanence du Cnl vandalisée



a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi





Les plus populaires
Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI,(popularité : 38 %)

Burundi : Le parti CNDD va participer aux élections sous des conditions ,(popularité : 11 %)

Frédéric Bamvuginyumvira est désormais provisoirement libre ,(popularité : 10 %)

Réconciliation entre les FNL et les CNDD-FDD de Kamesa,(popularité : 10 %)

Manif anti 3è mandat : Un agent du SNR tue un militaire de la FDN à Musaga,(popularité : 10 %)

Trois pays de la région disent oui au troisième mandat de Pierre Nkurunziza,(popularité : 10 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 10 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 9 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 9 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 9 %)