Un discours peut décrédibiliser son auteur




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 4 janvier 2013  à 09 : 17 : 19
a

Le Prof. Gertrude Kazoviyo estime que les Burundais en général et les autorités en particulier devraient savoir qu’un discours aux relents de propagande décrédibilise celui qui le prononce.

Alors que le président Pierre Nkurunziza est revenu sur les promesses qu’il avait faites les années écoulées dans son discours à la nation du président de la république au début de l’année 2013, cette spécialiste de l’analyse du discours estime que les Burundais devraient apprendre à évaluer leur président sur base de ces promesses qui se répètent dans son discours chaque fois mais qui ne sont pas réalisés dans le temps et dans l’espace .

Le professeur Gertrude Kazoviyo estime que le président devrait savoir aussi qu’un discours s’évalue sur base de ce qui a été réalisé dans le temps et dans l’espace et qu’il témoigne en même temps d’une degré de confiance que le peuple devrait avoir en son égard.

« Dans les démocraties occidentales l’évaluation d’un discours sur base de ce qui a été réalisé les années passées », a-t-elle souligné.

Comme rappel, le président a dit que le pays regorge de potentialité économique qui pourraient faire du Burundi un pays exemple en matière de progrès économique à condition pour les Burundais de sauvegarder la paix et d’aimer le travail.

Pierre Nkurunziza était revenu sur les promesses des années notamment le projet d’extraction des minerais comme le fer, le nickel et autres à travers le pays.

Il avait dit qu’en plus de Kaburantwa et Kajeke où les barrages sont en constructions d’ici peu, le Burundi va aussi procéder à la construction des barrages sur les rivières Jiji et Murembwe pour avoir de l’énergie électrique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

518 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 16 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 8 %)

Le Burundi face à deux capitales,(popularité : 7 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 7 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 7 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 7 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 7 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 7 %)

Les acteurs de la vie du pays ont besoin d’être écoutés ,(popularité : 6 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)