Revue de la presse du 08 juin 2013




Par: , samedi 8 juin 2013  à 11 : 27 : 56
a

La nouvelle loi sur la presse a dominé l’actualité à travers les journaux

L’hebdomadaire Iwacu sur sa page d’accueil, parle simplement d’un dernier clou, illustrant l’événement par une caricature.

Dans un cimetière, trois hommes se préparent à enterrer la presse, décédée le 4 juin 2013, à lire ce qui est écrit sur la croix. Un homme aux gros yeux, tête rasée, marteau à la main, enfonce sérieusement le clou contre le cercueil contenant la presse burundaise. Deux autres étaient visiblement fatigués pour avoir creusé la tombe de la presse.

La promulgation de cette loi, écrit Iwacu, est un désastre sur le plan national et international. Elle démontre la volonté d’un régime, presque autiste, plus soucieux de mettre au pas les voix discordantes que de construire une société démocratique, apaisée. Et de mentionner un proverbe de la bible qui dit que l’orgueil précède la chute.

Nous demandons aux journalistes de ne pas céder place à la peur mais de continuer à travailler comme d’habitude, écrit à son tour le site de la Radio Isanganiro.

Cette loi va durer peu de temps. Une partie de la population de la mairie de Bujumbura, poursuit isanganiro.org, estime qu’au regard de la résistance affichée par le président de la république, le pouvoir de Bujumbura veut écourter son règne.

Jeune Afrique parle d’une loi sur la presse digne des régimes dictatoriaux : elle s’inquiète de la restriction de la protection des sources, peines d’amendes et de prison pour avoir mentionné des sujets sensibles.

Pour le journal en ligne Pieuvre.ca, il s’agit d’une loi rétrograde et anticonstitutionnelle. Le président Pierre Nkurunziza a dit cependant que c’est la loi qu’il faut à en croire ce qu’il a déclaré de son retour du Japon.

L’agence Net Press écrit à son tour que M. Nkurunziza aurait parfaitement raison au cas où il aurait sollicité l’avis de l’Iran, du Zimbabwe ou de la Corée du Nord.

Il n’a pas précisé l’identité des personnes étrangères dont il a sollicité les avis et considérations, ni des pays dont elles sont originaires, mais on serait surpris si ce serait des experts ou des diplomates représentants les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France ou l’Union européenne.

En revanche, au cas où ce serait des officiels affectés à la représentation diplomatique zimbabwéenne, iranienne ou nord-coréenne, le président de la République aurait certainement raison de s’être rangé sur leurs avis car, les trois pays figurent parmi les plus opaques de la planète en matière de liberté d’informer.

Le journal Iwacu écrit sur un dossier qui n’en finit pas : l’affaire Picard-Bayaganakandi

Huit ans de prison viennent d’être requis contre le colonel Epitace Bayaganakandi pour Stellionat, abus de confiance et tromperie, dans une affaire l’opposant à Luc Picard. Un dossier que le parquet général de la République avait pourtant classé sans suite en 2009.

L’homme d’affaire belge demande que la justice burundaise le rétablisse dans ses droits. Et sans faire de commentaire, le colonel Bayaganakandi déclare qu’il est serein.

En règle avec la loi, les réfugiés burundais s’inquiètent. C’est le titre du bimensuel Syfia Grands Lacs.

Volés, parfois même arrêtés ou pris en otage, les réfugiés burundais et rwandais dans la plaine de la Ruzizi au Sud—Kivu vivent la peur au ventre. Leurs attestations pourtant légales, sont méconnus de certains militaires loyalistes et des miliciens locaux.

Au Sud-Kivu, la commission nationale pour les réfugiés a recensé en 2012 environ soixante enlèvements, arrestations arbitraires et détentions illégales contre les réfugiés burundais et rwandais vivant dans les moyens plateaux d’Uvira et dans la plaine de la Ruzizi. Extorqués de leur argent et produits agricoles, ils ont parfois été spoliés de leurs terrains.

Le cancer du sein s’accroît de façon spectaculaire avec l’âge. Nous ne faisons que citer ici le journal Ijambo.

Il écrit que jusqu’à 39 ans, le risque d’atteinte de ce cancer est d’environ un cas sur 231. De 40 à 59 ans, il s’élève à 1 sur 25, et de 60 à 79 ans, il est presque d’un cas sur 15. Les cas de cancer du sein masculin sont rares et représentent moins de 1% de tous les cas.

Par contre, poursuit l’hebdomadaire, le cancer du sein féminin occupe le deuxième rang parmi les causes de décès liées au cancer. Le cancer du sein féminin est le plus répandu. Il survient généralement à un âge plus précoce que les autres formes de cancer, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Pour un poste frontalier à allée unique selon le magazine Burundi Eco.

Il écrit en effet qu’il n’y aura plus de casse-tête pour les opérateurs économiques à la frontière burundo-tanzanienne de Kobero. L’office burundais des recettes a bénéficié de la part de Trade Mark East Africa de nouvelles infrastructures qui vont abriter les services de l’OBR ainsi que d’autres services du gouvernement.

Burundi Eco revient aussi sur l’élection de la présidente de la FFB au sein de la Fifa

Lydia Nsekera a été élue membre du comité exécutif de la FIFA ; une première dans l’histoire de cette prestigieuse organisation mondiale depuis sa création en 1904. Il s’agit d’une fierté pour le Burundi, l’Afrique et le monde entier. Bravo à Lydia, c’est le message de Burundi Eco.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

405 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article