Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 13 juin 2013  à 15 : 58 : 14
a

Le président de la PARCEM, Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et le Changement des Mentalités, Faustin Ndikumana estime que la récente loi sur la presse récemment promulguée par le président de la république mérite une révision puisqu’elle est en contradiction avec les textes de lois de la sous région liant aussi le Burundi en matière en matière économique.

Au cours d’une conférence de presse que le président de cette ONG locale a animée ce mercredi, Faustin Ndikkumana a déploré le fait que cette loi oblige le ministère de finances à garder secret sur tout ce qui a trait au crédit de l’Etat.

Selon lui, cette considération roule contre la dynamique macroéconomique des pays membres de l’East Africa Community qui stipule que le pays doit rendre public les indices macroéconomiques tous les trois mois. Faustin Ndikkumana a dit que le pays à l’heure actuelle ne peut pas évoluer en vase clos.

Faustin Ndikkumana a dit que puisqu’actuellement les pays membres de la communauté Est Africaine dont fait aussi parti le Burundi envisagent l’usage d’une monnaie unique, il est difficile voire impossible de suivre cette loi à la lettre raison pour laquelle il serait sage pour le pouvoir de Bujumbura de réviser cette loi afin de l’adapter au contexte régional actuel.

Outre la PARCEM, l’Observatoire pour le Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, OLUCOME s’est indigné de cette loi sur la presse indiquant qu’elle vient plutôt constituer une brèche à la corruption qui était et est une triste réalité à travers le pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

587 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 17 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 11 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 8 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 4 %)

La REGIDESO relègue à l’écart la misère de la population,(popularité : 4 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 4 %)

Trop d’impôt tue l’impôt à Makamba ,(popularité : 4 %)

Incendie du marché de Bujumbura, douleur à Dakar ,(popularité : 4 %)

Nouveau-né dans le monde bancaire burundais ,(popularité : 4 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 3 %)