L’OAG réclame plus de moyens pour l’agriculture au Burundi




Par: Poly Muzalia , vendredi 21 juin 2013  à 16 : 57 : 36
a

Le gouvernement burundais n’accorde pas suffisamment de moyens au secteur de l’agriculture. C’est en substance ce qu’a déclaré l’Observatoire de l’action gouvernementale (OAG) au cours de sa journée de réflexion sur l’affectation et l’exécution des budgets alloués au secteur agricole en référence à la déclaration de Maputo.

Ce texte, signé par le Burundi en 2003, engage le pays à accorder au minimum 10% de son budget au développement de l’agriculture. Selon cette organisation non gouvernementale, le Burundi n’a pas encore atteint cet objectif.

« Le gouvernement n’a pas suivi les recommandations de la déclaration de Maputo, a indiqué Nahimana Pierre Claver, consultant de l’OAG. Selon lui, la part du budget burundais alloué à l’agriculture est toujours en deçà de l’objectif de 10% prévu par le texte. Une situation qui empêche le développement et la modernisation de ce secteur, qui emploie la majorité de la population burundaise.

Dans ce pays largement tourné vers le secteur agricole, l’enjeu est de taille : assurer la sécurité alimentaire et faire monter le revenu des populations burundaises, l’une des plus pauvres de la planète. Si l’objectif de Maputo n’est pas encore atteint par le gouvernement burundais, l’OAG remarque toutefois « une amélioration significative de la part du budget alloué à l’agriculture ».

Entre 2004 et 2013, les sommes allouées à l’agriculture serait passée de 2 à 9% des recettes internes, poursuit l’expert. Une évolution certes, mais pour lui, il y a encore un chemin à faire, d’autant que le pays dépend encore largement des aides extérieures.

Dans ses recommandations, l’OAG demande au gouvernement d’atteindre et de maintenir le niveau des dépenses allouées à l’agriculture à plus de 10% du budget national, ainsi que le prévoit la déclaration de Maputo. L’ONG appelle également à une meilleure formation du personnel affecté à l’agriculture ainsi qu’à une meilleure implication de la femme dans le secteur de l’agriculture.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

365 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Mwaro : les friands des avocats dans le spleen



a

Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés



a

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs



a

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe



a

Bujumbura frappée par la pénurie du mazout



a

Rumonge : aucun navire congolais n’a accosté au port commercial ce lundi



a

Des boissons brarudi à destination de la RDC saisies au port commercial de Rumonge



a

Le Burundi abrite plus de 120 sites touristiques



a

Burundi : Un projet de budget prévoit une augmentation de la subvention des communes



a

Burundi : les contrôles douaniers effectués à la main à l’aéroport de Bujumbura





Les plus populaires
Mwaro : les friands des avocats dans le spleen ,(popularité : 100 %)

Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés ,(popularité : 20 %)

Bujumbura frappée par la pénurie du mazout,(popularité : 16 %)

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe,(popularité : 10 %)

Rumonge : aucun navire congolais n’a accosté au port commercial ce lundi,(popularité : 5 %)

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs,(popularité : 5 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 5 %)

Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 4 %)

‘’Pas encore temps de décrier la hausse des frais d’appel par téléphones’’,(popularité : 4 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 3 %)