Les acteurs de la vie du pays ont besoin d’être écoutés




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 4 juillet 2013  à 09 : 33 : 11
a

Le porte parole du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, Pr Gertrude Kazoviyo estime que les rapports critiques sur le Burundi prennent origine dans l’absence d’un débat interne sur les questions de l’heure comme la mauvaise gouvernance, les violations des droits de l’homme et la corruption économique.

Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la Radio Isanganiro par rapport au discours à la nation du 1er juillet du président de la république, ce professeur d’Université a fustigé l’absence de débat contradictoire sur les questions d’envergure nationales méritant un débat.

Le président de la république a en effet manifesté son désarroi de voir qu’il y a encore des burundais qui ne diffusent que de mauvais rapport sur le Burundi. Pour lui, ceux-ci devraient savoir qu’ils ont intérêt à donner une bonne image de ce pays.

Dans sa réaction, Gertrude Kazoviyo estime que ces rapports critiques sur ce pays de l’Afrique Centrale relèvent aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur du pays, dans la société civile que de l’opposition.

’’Le président de la république en même temps père de la nation ne devrait pas être choqué par des critiques mais plutôt chercher les réponses à ces revendications", dit-elle.

Selon elle, ces catégories participent à la construction de ce pays et ont besoin que leurs opinions participent à la construction de ce pays. « La nature humaine a horreur du vide », a-t-elle souligné.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

539 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 16 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 8 %)

Le Burundi face à deux capitales,(popularité : 7 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 7 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 7 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 7 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 7 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 7 %)

Les acteurs de la vie du pays ont besoin d’être écoutés ,(popularité : 6 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)