Bujumbura : les habitants de Musaga réclament le rétablissement de l’eau potable




Par: Poly Muzalia , jeudi 1er août 2013  à 18 : 24 : 57
a

Une pénurie d’eau potable s’observe dans la commune de Musaga, à Bujumbura. Au lendemain de l’engagement pris par la REGIDESO de rétablir l’eau dans tous les quartiers de la capitale, cette denrée demeure rare à Musaga. Pourtant, une épidémie de choléra sévit toujours dans ce coin du sud de Bujumbura.

Des bidons vides sur leurs vélos, une dizaine de jeunes font la queue devant la borne fontaine publique située sur la première avenue de Musaga. Ils sont ici pour acheter de l’eau, qu’ils revendent ensuite à des ménages ou à des restaurants des environs.

Un robinet sur deux crache un mince filet du précieux liquide. Il est environ dix heures du matin et certains habitants du quartier se joignent à ces vendeurs.

L’un d’eux explique que l’eau n’arrive dans les robinets que pendant la nuit pour disparaître très tôt le matin.

Un quart d’heure plus tard à Gikoto, c’est un camion de pompiers (voir la photo crédit) qui distribue l’eau à la population. Une foule excitée, portant des bidons, des sceaux et des bassins se bouscule autour du véhicule rouge de la Protection civile.

Celui-ci déverse des litres d’eau dans les récipients. Depuis deux semaines, ce camion passe ici ravitailler les habitants du quartier.

La population de Musaga réclame le rétablissement de l’eau pour combattre l’épidémie de choléra. « Il y a une grande pénurie d’eau chez nous à Musaga.

Puiser l’eau de la rivière Mpimba nous expose au choléra. Il faut qu’on nous ramène l’eau en permanence pour pallier cette épidémie », plaide une femme rencontrée sur place.

Plus loin au centre de santé de Musaga, le nombre de malades atteints de choléra ne cesse d’augmenter. Sur les douze personnes internées ici, trois ont été admis ce matin même, renseigne une responsable du centre.

La pénurie d’eau dans cette zone de la capitale est quasi permanente. Mais cette fois-ci, la situation s’est aggravée depuis le début de la saison sèche.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

352 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : Les enseignants dénoncent un recensement mal organisé



a

CICR au Burundi : Bilan 2018



a

Bubanza : les autodidactes s’inscrivent à compte-gouttes



a

Cibitoke : des directeurs craignent le non achèvement de programmes



a

La SODEBASE plaide pour un leadership digne



a

Bubanza : les CEM ouvrent avec sept mois de retard



a

Muyinga : L’enseignement post fondamental prêt à l’examen d’État nouveau système



a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires





Les plus populaires
Bubanza : les autodidactes s’inscrivent à compte-gouttes ,(popularité : 11 %)

Bururi : Les enseignants dénoncent un recensement mal organisé,(popularité : 11 %)

La Centrale Hydroélectrique de Ruvyironza endommagée,(popularité : 8 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 6 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 6 %)

Pénurie d’eau au chef-lieu de Cibitoke : risques des maladies des mains sales ,(popularité : 6 %)

Muyinga : L’enseignement post fondamental prêt à l’examen d’État nouveau système,(popularité : 6 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 6 %)

Cibitoke : les syndicats des enseignants contre les contributions obligatoires ,(popularité : 6 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 6 %)