Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est




Par: Désiré Nimubona , dimanche 11 septembre 2011  à 09 : 49 : 56
a

Le processus d’intégration régional semble aller trop vite alors que même les autres étapes franchis dans l’intégration au sein l’Afrique de l’Est n’ont pas encore produits leurs effets, regrette le président du Parcem, Parole et Action pour l’Evolution et mentalité, Faustin Ndikumana.

Dans une conférence de presse tenue ce mardi matin à Bujumbura, le président du Parcem se montre inquiet par la vitesse de croisière que l’intégration régionale affiche, ce qui n’a même pas été possible pour les pays de l’Union Européenne.

« L’intégration qui a conduit à l’union monétaire a duré plus de 40 ans en Europe mais voilà qu’en moins de 10 ans toutes les étapes sont presque fini, » souligne Faustin Ndikumana.

Pour que le Burundi réussisse son intégration régionale et surtout aboutisse à l’union monétaire, il y a des préalables, selon Ndikumana, pour la réalisation de l’union monétaire.

Il cite par exemple le renforcement du tissu productif et l’activité financière par les pays membres de la communauté, la maitrise des déséquilibres macroéconomique « qui peuvent freiner l’adhésion à l’union monétaire ».

D’autres paramètres à respecter, selon le président du Parcem, sont l’indépendance des banques centrales puisqu’il sera question de créer une Banque centrale de l’EAC.

Au moment où le traité de Rome (1957) a mis plus d’une quarantaine d’année pour expérimenter l’union monétaire, en Afrique de l’est, selon le président du Parcem, les choses semblent aller trop vite, car l’union douanière a eu lieu en 2009, en 2010, le marché commun tandis que l’union monétaire pourrait être effectif depuis 2015.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

930 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 5 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 4 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 4 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 4 %)

Le PTD plaide pour la renationalisation de la filière café,(popularité : 4 %)