Revue de la presse du 07 septembre 2013




Par: , dimanche 8 septembre 2013  à 12 : 58 : 10
a

Ecole fondamentale au Burundi : avancée ou recul ?, S’interroge le journal Ijambo.

A une semaine de la rentrée scolaire 2013-2014, certaines voix crient au scandale l’introduction de l’école fondamentale improvisée, écrit le journal Ijambo. Des acteurs sociaux déplorent les lacunes qui entachent cette nouvelle réforme du système éducatif burundais, poursuit ce journal, qui ne voit pas en quoi le nouveau système apporterait de mieux par rapport à l’ancien système qui a produit des intellectuels qu’on retrouve dans les grandes organisations internationales.

Paul Ngarambe, ancien cadre de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), estime que réformer le système éducatif burundais est opportun. Il l’ a indiqué au journal Iwacu en rappelant que l’ année 2015 est destiné e à l’ évaluation de l’ atteinte des objectifs de l’ Education pour Tous sur le plan International, donc qu’ il aurait été mieux d’attendre les conclusions de cette opération pour le Burundi car une réforme à l’ avant- vite, c’ est condamner la génération présente et les générations futures précise-t-il à Iwacu.

Pour cet ancien cadre de l’Unesco, la meilleure solution serait d’initier cette réforme par des écoles pilotes réparties dans toutes les régions du pays avec un suivi fait par les meilleures inspections scolaires.

Le journal socio- économique Burundi-Eco se demande quant à lui comment deux enseignants vont dispenser six cours, une tâche qui ne sera pas facile surtout en ce qui concerne le temps de préparation, le temps d’évaluation ainsi que la maîtrise de la matière. Burundi Eco est également inquiet de la compétitivité des élèves au moment où l’évaluation sera collective et non individuelle. Pour cet hebdomadaire, toute réforme n’est pas obligatoirement mauvaise, mais elle a juste besoin d’être bien expliquée, bien assimilée et bien appliquée.

Qui a ordonné l’assassinat de Mgr Joachim Rhuna, ancien Evêque de Gitega, se demande l’hebdomadaire Ijambo.

Ce journal indique qu’il y a deux pistes à exploiter pour identifier les auteurs du crime. La première mène au diacre Cyrille Kamana stagiaire à l’époque à la paroisse de Gitongo. Ijambo indique qu’il figure parmi les dernières personnes à s’être entretenues avec Mgr Ruhuna, avant qu’il ne quitte les enceintes de la paroisse, moins d’une minute avant qu’il ne soit abattue.

La deuxième piste la plus sérieuse selon le journal Ijambo est celle qui mène au Général de Brigade Zénon Ndabaneze qui préside actuellement la commission chargée du désarmement de la population. Le 9 septembre quand Mgr Joachim Ruhuna fut assassiné, c’est le Général Zénon Ndabaneze qui commandait la zone où se prélat trouva la mort.

Le journal Ijambo indique que sans toute fois affirmer que c’est ce Général qui aurait pris l’initiative de faire tuer Mgr Ruhuna, il sait au moins d’ où seraient venus les ordres d’en finir avec cet Evêque.

La médecine traditionnelle n’évolue pas au Burundi, titre l’agence en ligne Net Press.

L’Abbé Léopold de l’association des tradi-praticiens du Burundi, a indiqué à Net Press que cette médecine n’est pas soutenue au Burundi alors qu’elle guérit diverses maladies autant que la médecine moderne. Ce prêtre reconnait avoir des capacités de guérir diverses maladies dont le diabète, l’hépatite, la stérilité de l’homme et de la femme mais précise que des charlatans peuvent se cacher derrière ce métier raison pour laquelle il recommande aux associations de travailler de concert et de vérifier souvent s’il n’y a pas de sorciers qui se cacheraient derrière eux.

D’ après cette agence en ligne, le ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida ne nie pas l’efficacité de la médecine traditionnelle, mais ce même ministère reconnait que ces guérisseurs ne sont pas soutenus par l’Etat burundais. Le Dr Protais Ntirampeba en charge de la promotion de la santé a indiqué à Net Press que’ une loi est déjà sur la table du parlement et que c’est elle désormais qui va distinguer le vrai du faux tradi-praticien pour en fin soutenir les efforts de cette médecine.

Le journal Iwacu met en hausse cette semaine le collectif des Associations des travailleurs domestiques pour avoir collecté à Ngagara plus de 150.000 fbu afin d’aider les domestiques de moins de 15 ans à retourner à l’école. En baisse se trouvent les jeunes Imbonerakure du parti Cndd-fdd pour avoir empêché le président du MSD, de poursuivre son trajet vers la commune Mugina en province de Cibitoke.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

305 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article