Les confessions religieuses ou obstacle au planning familial




Par: Digne Niyomwungere , Monday 25 November 2013  à 17 : 54 : 40
a

La situation de la planification familiale ne réussit pas au Burundi parce qu’il y a beaucoup de défis liés surtout aux conceptions religieuses. Ce sont les propos du Docteur Juma Ndereye, Directeur du Programme National de Santé de la Reproduction (PNSR en sigle) ; au cours d’une conférence publique organisée par l’association des Eglises Dutabarane vendredi dernier.

Il a rappelé que le Burundi compte actuellement 310 hab./km² et que sa fécondité est très élevée et constante s’évalue à 6,2%. D’après lui, les principaux défis démographiques sont, la croissance rapide, la fécondité élevée, une mortalité qui doit continuer à baisser, une jeunesse très nombreuse et une forte densité de la population.

Il y a plusieurs contraintes liées à la Planification Familiale comme ; "les barrières socioculturelles", le déficit en "personnel formé", la "faible accessibilité géographique", la faible capacité de gestion des rumeurs liées à la contraception et surtout les "différentes confessions religieuses".

Les confessions religieuses restent le nœud du problème, dit-il. Si au niveau des églises il y a des leaders qui ne le comprennent pas, c’est un peu déplorable, mais il ajoute que de leur côté ils vont continuer à sensibiliser même ces leaders religieux pour qu’ils arrivent à comprendre le bien fondé de la planification familiale.

Ndereye a ajoute que le taux de mortalité est élevé pour les enfants de moins de 1 an (59 ‰), pour les enfants de moins de 5 ans (96 ‰ et pour les mères (500 pou 100.000) ; et que la CNTB a enregistré un moyenne de 5.451 conflits de 2007 à 2.010.

Pour lui la planification familiale est une intervention très importante pour la santé de la mère d’abord, de l’enfant ensuite mais aussi de toute la famille. Elle peut même contribuer au développement socioéconomique du pays.

Son constant est que certaines personnes se focalisent sur les méthodes qui doivent être utilisées, mais de son côté, ce qui est important ce sont les résultats peu importe les moyens qui ont été utilisés. Il conseille tout le monde de ne pas être prisonnier de telles ou telles autres méthodes contraceptives.

« Si X trouve que les méthodes naturelles sont les mieux indiquées pour lui, qu’il utilise cette méthode naturelle ; si y trouve que les méthodes modernes sont mieux indiquées pour lui, qu’il utilise ces méthodes modernes ; car là où il faut qu’on arrive à s’accorder c’est d’accepter à limiter ou espacer les naissances" souligne le docteur Juma Ndereye.

Un choix indépendant de la méthode appropriée

Docteur Juma Ndereye, Directeur du PNSR conseillent les prestataires de ne pas obliger tout le monde à utiliser uniquement les méthodes contraceptives modernes parce qu’il peut y avoir des gens qui ont besoin d’utiliser les méthodes naturelles pour une ou une autre raison non plus, les leaders religieux ne devront pas condamner et dire aux gens de ne pas utiliser les méthodes contraceptives modernes.

Pour lui, il faut laisser le libre choix aux gens pour que chacun choisisse la méthode pour laquelle il se sent être à l’aise.

Le recensement de la population en 2.008, montre que le Burundi a une population dépassant les 8 millions d’habitants, sur une superficie de 27.834km².

Avec un taux de fécondité qui est parmi les plus élevés de l’Afrique, le Gouvernement burundais avait même annoncé son intention d’arriver à limiter à trois le nombre d’enfants par famille.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1257 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post
  • To create paragraphs, just leave blank lines.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

La mairie de Bujumbura demandent aux mécaniciens d’aérer les rues de Buyenzi



a

Burundi : Elections 2020, la contribution qui fait couler beaucoup d’encre et de salive



a

Rumonge :Le législatif « contredit » ou « corrige » l’exécutif



a

"Le retrait du Burundi de la CPI n’est pas synonyme de l’impunité", dit la Ministre de la Justice



a

Des engins de pêche prohibée saisis à Rumonge



a

Conflit de représentation au sein de la coalition COPA : MUTABAZI dans les collimateurs



a

Une forte présence des militaires et policiers à Ngagara



a

BURINGA –Des personnes en provenance d’un enterrement attaquées



a

Burundi : Trente civils tués en 2 semaines, la Ligue Iteka s’inquiète



a

Les négociations de Bujumbura suspendues ce samedi





Les plus populaires
La mairie de Bujumbura demandent aux mécaniciens d’aérer les rues de Buyenzi ,(popularité : 3 %)

Les fans de Saido Berahino en colère contre le sélectionneur britannique Roy Hodgson,(popularité : 2 %)

Simples faussaires ou administration parallèle ? ,(popularité : 2 %)

Rumonge :Le législatif « contredit » ou « corrige » l’exécutif,(popularité : 1 %)

Deux journalistes, même leu , même heure , reportages différents ; Le CNC met en garde ,(popularité : 1 %)

A qui profite la limitation des libertés publiques ?,(popularité : 1 %)

Les prix des denrées alimentaires triplent : l’OBR et la Regideso pointés du doigt ,(popularité : 1 %)

Vente par voie parée : La Cour Constitutionnelle se déclare incompétente,(popularité : 1 %)

Didier Drogba dans le filet de la justice ,(popularité : 1 %)

Intrigues autour de la CVR ,(popularité : 1 %)