La justice burundaise active le dossier du massacre des Banyamulenge




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 21 novembre 2014  à 19 : 01 : 08
a

La représentation de la communauté des Banyamulenge au Burundi a été reçue ce vendredi, par le parquet général près la Cour d’appel de Bujumbura. Le dossier du massacre de plus de 160 Banyamulenge le 13 Août 2004 faisait toujours l’objet de cette audience selon le représentant de cette communauté. Selon Vyabagabo Nkubana Gahuma, il leur a été demandé s’ils sont victimes de ces massacres. Devraient-ils aussi témoigner comment ces évènements se sont déroulés : « Nous avons donné des explications sinon des éclaircissements comme nous les savons »

Vyabagabo Nkubana Gahuna a réaffirmé qu’ils ne sont pas manipulés par le pouvoir de Bujumbura. Celui-ci y gagnerait l’inculpation à la veille des élections d’Agathon Rwasa, l’une des figures de l’opposition et leader des forces nationales de libération à l’époque de ce carnage. La communauté des banyamulenge a déjà porté plaintes contre cet ancien leader des Fnl. Ils se fondent sur les propos du porte-parole des Fnl d’alors Metoussela Nikobanmye dit Pasteur Habimana qui a revendiqué l’attaque faite dans le camp des réfugiés banyamulenge.

« Nous n’avons aucun intérêt dans les élections burundaises et ce n’est pas le pouvoir qui va nous informer que nous avons perdu les nôtres », a déclaré le représentant de la communauté des Banyamulenge. Vyabagabo Nkubana Gahuna a plutôt indiqué qu’il est de leur devoir d’informer le gouvernement qu’ils ont perdu les leurs. « Celui qui croit que nous sommes manipulés, qu’il soit aussi manipulé à notre place si il aura perdu le sien ».

Un récent rapport de l’Onu cite 3 organisations qui seraient impliquées dans ce dossier. Il s’agit des forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr), les forces nationales de libération (Fnl), et le groupe des rebelles congolais dit Mai mai. Selon le représentant de la communauté des Banyamulenge, cette affaire a été portée à la justice burundaise puisque c’est le Burundi qui leur avaient accordés le refuge.

La semaine dernière la communauté des banyamulenge avait aussi été reçue par le parquet général près la Cour suprême. Dans un communiqué sorti quelques temps après l’audience, le porte-parole de la Cour suprême a précisé qu’il s’agissait de collecter les informations sur ce dossier. Agnès Bangiricenge a informé qu’il ne s’agit pas d’un dossier politique. De son côté, Agathon Rwasa a, à maintes reprises, nié son implication dans ce dossier. Il dit qu’il faut plutôt enquêter sur celui qui a revendiqué cette attaque.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

437 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Kaganji   ce  vendredi 21 novembre 2014   à 23 : 17 : 11

Je ne comprends pas pourquoi ses journalistes burundais donnent l’importance ce dossier ?? Est-ce que savez-vous le nombre des burundais qui sont morts dans des conditions semblables en RDC ?? Pourquoi les congolais ne s’en préoccupent, et savez combiens des burundais qui sont morts même en sol burundais par les burundais ?? Arrêtons de nous faire perdre le temps pour ces Abanyamurengwe !! niyumvira ko badasumba abandi barundi !!Il faut arrêter ce genre de propagande, Nous en avons assez. Merci



Par Stan Siyomana   ce  samedi 22 novembre 2014   à 08 : 58 : 24

@Kaganji
Ces Banyamulenge refugies sur le sol burundais ONT PLEIN DROIT DE DEMANDER QUE JUSTICE SOIT FAITE pour les centaines des leurs (tues sur le sol burundais). C’est une question de justice et de protection de refugies et des etrangers sur le sol burundais, CE N’EST PAS UNE SIMPLE QUESTION DE PROPAGANDE.
Les familles des victimes burundaises devraient chercher a traduire en justice les bourreaux qui ont tue des burundais en RDC ou sur le sol burundais.
IL FAUT EN FINIR AVEC L’IMPUNITE DANS LA REGION DES GRANDS-lACS.
Merci.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Burundi : Elections 2020, la contribution qui fait couler beaucoup d’encre et de salive



a

Rumonge :Le législatif « contredit » ou « corrige » l’exécutif



a

"Le retrait du Burundi de la CPI n’est pas synonyme de l’impunité", dit la Ministre de la Justice



a

Des engins de pêche prohibée saisis à Rumonge



a

Conflit de représentation au sein de la coalition COPA : MUTABAZI dans les collimateurs



a

Une forte présence des militaires et policiers à Ngagara



a

BURINGA –Des personnes en provenance d’un enterrement attaquées



a

Burundi : Trente civils tués en 2 semaines, la Ligue Iteka s’inquiète



a

Les négociations de Bujumbura suspendues ce samedi



a

Deux civils tués et un policier grièvement blessé au centre-ville Bujumbura.





Les plus populaires
Un nourrisson éloigné de sa maman à base de conflits,(popularité : 2 %)

Le cri des porteurs et malades du VIH/ SIDA,(popularité : 2 %)

Intrigues autour de la CVR ,(popularité : 2 %)

Simples faussaires ou administration parallèle ? ,(popularité : 2 %)

Les prix des denrées alimentaires triplent : l’OBR et la Regideso pointés du doigt ,(popularité : 2 %)

Vente par voie parée : La Cour Constitutionnelle se déclare incompétente,(popularité : 2 %)

Cibitoke : Des écoles détruites par les pluies torrentielles,(popularité : 2 %)

La police interdit l’exportation des mandarines.,(popularité : 2 %)

Kinama , un marché qui pue,(popularité : 2 %)

IPR : Pourquoi le traitement inéquitable des fonctionnaires ?,(popularité : 2 %)