Le Président de la CADHP exhorte l’Afrique à plus d’engagement aux questions des droits de l’homme




Par: Agence est-africaine de Presse , lundi 24 novembre 2014  à 11 : 36 : 22
a

Article écrit par Mtua Salira/Agence est-africaine de Presse

Arusha, 24 novembre 2014 (EANA)—L’Afrique doit faire des engagements plus forts aux questions des droits de l’homme si le continent est à faire des progrès économiques et démocratiques et tirer avantages de leurs effets positifs, selon le Président de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), le juge Augustino Ramahdani.

Dans son mot d’ouverture du séminaire de sensibilisation nationale sur la promotion de la CADHP, à Addis Abeba, Ethiopie ce week end, le Président de la CADHP a dit que le succès de l’agenda 2063 de l’Afrique dépendra largement de l’importance accordée à la promotion, la protection et la jouissance des droits de l’homme et des peuples sur le continent.

« L’histoire nous apprends que le respect des droits de l’homme, la promotion du développement humain et la consolidation de la paix, associés à une bonne gouvernance politique et éconimique sont des conditions sine qua non à tout développement veritable » a-t-il dit à plus d’une centaine de délégués dont des représentants des gouvernements, des ambassadeurs africains, la communauté diplomatique, des représentants des organisations non-gouvernementales, des juristes, des étudiants, des hommes de presse, et des activistes des droits de l’homme , selon un communiqué de la CADHP dont l’agence indépendante de presse EANA a reçu copie.

Il a appelé au soutien du continent à la CADHP, basée à Arusha en Tanzanie, la seule arme judiciaire dont dispose l’Union Africaine(UA). « L’efficacité de la Cour requiert le soutien de tous les acteurs concernés, et particulièrement les pays membres de l’UA », a dit le juge Ramadhani.

Il a fait remarquer que depuis que le Protocole portant création de la Cour était adopté en 1998, seuls 28 des 54 pays membres de l’UA l’ont ratifié, ajoutant que parmi ceux-là, sept seulement ont fait des déclarations permettant aux individus et ONG de saisir directement la Cour, en l’occurrence, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Malawi, le Mali, le Rwanda et la Tanzanie qui l’abrite.

Le Directeur général chargé des affaires juridiques internationales au ministère ethiopien des affaires étrangères Reta Alemu Nega a indiqué, à l’occasion, que l’Afrique s’est actuellemnt levée à la hauteur de ses responsabilités dans la promotion et la protection des droits humains.

« Des pas ont été franchis depuis les cinq dernières années en introduisant des dispositifs législatifs et institutionnels en relation avec les droits de l’Homme. L’un des acquis en la matières et l’adoption de la Charte africaine pour les droits de l’homme et des peuples et la création de la Commission Africaine pour le suivi de son application » a-t-il dit.

La prise de conscience du peuple africain sur le système africain des droits de l’homme, a-t-il souligné, est un pas important au renforcement de la protection du mécanisme mis en place.

Le président de l’Association des Avocats de l’Ethiopie, M. Wendimagegnehu Gabre-Sellasie a insisté sur le fait que pour atteindre ses objectifs, la Cour puisse devrait travailler main dans la main avec les pays membres, parties au Protocole et à la Charte et des associations professionnelles, entre autres acteurs.

Il a aussi noté que le succès de la Cour comme mécanisme de protection des droits humains demande une large ratification du Protocole, ainsi que l’acceptation de la compétence de la Cour en faisant la Déclaration y afférant.

Plust tard le juge Gerard Niyungeko du Burundi, membre et ancien Président de la Cour, a fait une présentation détaillée de la Cour et a répondu à nombre de questions au cour de la session d’une journée qui a été présidée par la Vice-Présidente de la Cour, la juge Elsie Thompson du Nigéria.

Une délégation de la Cour a également payé une visite de courtoisie aux hauts responsables gouvernementaux de la République fédérale démocratique d’Ethiopie, dont le Ministre de la Justice, l’Assemblée nationale, la Cour fédérale suprême d’Ethiopie, et la Commision ethiopienne des droits de l’homme pour leur faire une brève présentation de la Cour et encourager ce pays à la ratification du Protocole.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

756 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi /EAC : 6eme conférence sur la recherche scientifique en santé dans l’EAC



a

’’Le rapport de Benomar n’engage pas l’EAC", dit Libérât Mpfumukeko



a

Intégration au sein de l’EAC moins palpable pour les Burundais



a

L’EALA refuse la requête du parlement burundais



a

Les rwandais empêchés de traverser kanyaru haut



a

BURUNDI/EAC : Climat malsain entre le Burundi et le secrétariat général



a

Kampala : Un burundais à la barbe étrange se fait arrêté en pleine messe



a

Margaret Zziwa destitué pour faute, abus de pouvoir



a

Le Conseil interuniversitaire d’Afrique de l’Est met en place un plan pour la restructuration de l’enseignement supérieur



a

EAC : Un pied dedans, un pied dehors





Les plus populaires
Burundi /EAC : 6eme conférence sur la recherche scientifique en santé dans l’EAC,(popularité : 5 %)

Les rwandais empêchés de traverser kanyaru haut,(popularité : 3 %)

Plus de 1000 hautes sociétés d’énergie et de personnalités attendues à la Conférence est-africaine sur le Pétrole à Arusha le mois prochain.,(popularité : 2 %)

L’insécurité pourrait affecter négativement le scrutin au Kenya, selon l’équipe de la CAE,(popularité : 2 %)

Les intellectuels dénoncent la non-implication des citoyens dans le processus d’intégration,(popularité : 2 %)

CAE-Bilan 2012 : Première dame Présidente de l’Assemblée législative et Nouveau siège,(popularité : 2 %)

Les commerçants de maïs de Himo accusent l’intégration de les conduire à la faillite ,(popularité : 2 %)

TMEA : Sept millions et demi pour promouvoir le commerce régional,(popularité : 2 %)

L’adhésion du Sud Soudan et de la Somalie à la Communauté de l’Afrique de l’Est nécessite plus de consultations,(popularité : 2 %)

EAC : POUR UN CENTRE MÉDICO-LÉGAL RÉGIONAL EN UGANDA,(popularité : 2 %)