CNDD-FDD : Une candidature qui fait peur ; les anti-3è mandat déterminés




Par: Bernard Bankukira , samedi 25 avril 2015  à 20 : 06 : 24
a

Très tôt le matin de ce samedi 25 avril, la permanence nationale du CNDD-FDD située dans la commune municipal de Ngagara est fortement quadrillée. Toutes les routes menant à la cette permanence sont bouclées par la police et un nombre considérable de jeunes de ce parti. Mission : sécuriser le congrès qui doit annoncer le candidat aux présidentielles de juin 2015.

Au total 1500 délégués sont attendus dans ce congrès extraordinaire. 1139 sont présents. Parmi les participants, les ministres, les députés et sénateurs et les autres dignitaires issus du CNDD-FDD. Honorable Pie Ntavyohanyuma, Président de l’Assemblée Nationale, qui avait été récemment empêché de voyager parce qu’il serait opposé au 3è mandat de Pierre Nkurunziza est également présent.

Les frondeurs, c’est-à-dire les membres du CNDD-FDD qui se sont opposés au 3è mandat du Président Nkurunziza ne sont pas présents. Ils n’ont pas été invités.

Parmi les invités, certains diplomates africains dont l’Ambassadeur sud-africain à Bujumbura, sont présents. Très peu de diplomates européens ou américains, sauf l’ambassadeur français qui est venu un peu tard.

Certaines associations de la société civile, surtout celles proches du pouvoir du CNDD-FDD ont été invitées et sont présentes, dont PISC-Burundi, MAC, CAPPES Plus, AMELOP, les autres telles que FORSC, Ligue Iteka, Aprodh, ainsi que d’autres qui ont dénoncé la candidature de Pierre Nkurunziza, ou qualifiées d’opposition ne sont pas les bienvenues à ce congrès décisif.

Et voilà, il est presque 9h15 heure locale, Pierre Nkurunziza débarque à la permanence nationale du Cndd-Fdd dans une jeep personnelle portant le numéro d’immatriculation I1984A et non un véhicule de l’Etat.

Les activités commencent. Honorable Pascal Nyabenda, président du CNDD-FDD prend la parole et annonce l’agenda du congrès : confirmation de l’expulsion des membres du CNDD-FDD qui se sont opposé au 3è mandat, ainsi que l’annonce du candidat du CNDD-FDD aux présidentielles de juin 2015.

Après, ceux qui ne sont pas concernés sont priés de sortir pour que les activités du jour commencent. Les journalistes sont aussi priés de dégager, mais ceux des radios proches du pouvoir, telles que Rema FM, Umuco FM, Humuriza FM, sont autorisés de rester dans la salle. Dans l’entre-temps, toutes les rues aux alentours de la permanence nationale sont toujours bloquées par les policiers et surtout par un nombre important des Imbonerakure. Les policiers bouclent également certaines rues des quartiers voisins de la permanence tels que Kamenge et Ngagara. Des chansons glorifiant le parti CNDD-FDD sont entendues à travers les haut-parleurs installés sur la clôture du Cndd-fdd.

Jusqu’à 11heures 30 min, c’est du huis-clos, mais des informations filtrent de la permanence à travers les canaux sociaux tels que le Whatsap faisant état d’une désignation de Pierre Nkurunziza comme candidat présidentiel pour le 3è mandat. Dans l’entre-temps, les militants du parti qui sont aux alentours de la permanence, en uniforme du CNDDF-FDD, brandissant des photos de Pierre Nkurunziza, dansent pour exprimer leur satisfaction à son approbation.

Vers 12 heures, aucune annonce officielle. Mais une information filtre : trois candidats sont en lice. Il s’agit de Pierre Nkurunziza, Joseph Ntakarutimana et Wakarerwa Momamo, mais une opinion pense que ce n’est qu’une dissimulation : tout est fait pour faire passer Pierre Nkurunziza.

Vers 13h20, des slogans comme « ARATSINZE NKA MBERE » (il vient de remporter comme avant)sont scandés, pour dire que Pierre Nkurunziza vient de remporter cette élection pour la candidature du parti au pouvoir, le Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie, CNDD-FDD.

Vers 13h30min, les journalistes sont autorisés d’entrer à la permanence. Le président du CNDD-FDD annonce que Pierre Nkurunziza est candidat de ce parti pour les élections de juin 2015.

« Ceux qui ont voulu discréditer notre parti l’ont plutôt fortifié. Et la preuve c’est qu’ils m’ont poussé à me faire élire de nouveau », nargue le président Nkurunziza dans son discours de circonstance, mettant en garde contre ceux qui essayeront de mettre le bâton au parti au pouvoir, le CNDD-FDD.

Le congrès, qui a pris fin à 15h après quoi une tournée dans certains coins de la capitale par Pierre Nkurunziza, a également été l’occasion de changer l’équipe du Conseil des sages au sein de ce parti par l’éviction des éléments gênants tels que l’Hon. Pie Ntavyohanyuma, Président de l’Assemblée Nationale.

Les anti-3è mandat déterminés à descendre dans la rue pour dire « halte au 3è mandat

C’est une indignation aux forces anti-3è mandat qui se disent déterminés à aller jusqu’au bout. « Nous sommes très sidérés d’entendre que le Cndd-fdd et le président Nkurunziza n’ont pas pris en considération tous ces conseils qui ont été prodigués et par la société civile, et par les partis politiques, l’Eglise catholique, les services de renseignement, la communauté internationale ainsi que d’autres groupes », dit Vital Nshimirimana, Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, Forsc dans une interview avec la Radio Publique Africaine.

Il met en garde les militants du CNDD-FDD que le geste qu’ils viennent de poser est contraire à la volonté du peuple burundais et met en danger leur parti. Il dit que dès le matin de ce dimanche les anti-3è mandat vont enclencher une marche manifestation pacifique pour non à cette candidature de Pierre Nkurunziza.

Selon Jean Minani, président du parti Sahwanya Frodebu Nyakuri, la décision du parti Cndd-Fdd est un coup d’Etat contre le peuple burundais et contre les Accords de cessez-le-feu.

« Nous savions qu’un homme qui n’accepte pas les conseils de son peuple, de ses voisins, qui n’accepte pas aucun conseil, n’allait prendre aucune autre décision que celle qui va amener le Burundi vers l’abîme », dit Jean Minani qui appelle à la population à une marche manifestation afin de refuser, selon toujours lui, la tyrannie du Cndd-fdd.

L’ADC-Ikibiri se dit également déterminé à combattre cette candidature. Léonce Ngendakumana appelle à une mobilisation générale pour dire non à l’enterrement de l’Accord de paix d’Arusha et de la constitution.

Au moment où les anti-3è mandat se disent déterminés à descendre dans la rue dès ce dimanche, le gouvernement burundais reste décidé à écraser toute manifestation contre cette candidature très contestée. Audifax Ndabitoreye, président de l’organisation Imbono Charisma fait un clin d’œil aux forces de l’ordre et de sécurité à ne pas être instrumentalisées par le Cndd-Fdd.

« Les forces de sécurité doivent comprendre que les fonds pour l’achat du matériel militaire sont offerts par le peuple burundais qu’elles sont censées protéger », dit M. Audifax.

Il y a quelques jours, des manifestations avaient été organisées contre la probable candidature qui se profiler à l’horizon mais ont été neutralisées par la police. Pour le moment, c’est une peur panique à Bujumbura sur la situation qui va s’en suivre avec cette annonce de la candidature de cette candidature de Pierre Nkurunziza pour un 3è mandat, une candidature qui avait déjà poussé des milliers de Burundais à fuir le pays vers les pays voisins.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2343 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Kana Antoine-Marie   ce  dimanche 26 avril 2015   à 00 : 29 : 34

Plus de doutes, plus de questions, le parti CNDD-FDD a donné la réponse à la question que tout le monde se posait. Est-ce lui ou, pas lui. OUI, c’est lui et puis quoi ?
Au fond la première question n’était pas aussi importante que la dernière. Maintenant que le président sortant a montré ses couleurs, que va être la suite réservée à la situation ?
La communauté internationale a commencé à réagir par un communique de l’ancienne puissance coloniale du Burundi (la Belgique). C’est une note avec un sel de diplomatie conventionnelle qui consiste en un constat des faits qui sera suivi d’une observation de la tournure de la situation. D’aucuns se seraient attendus a une prise de position dure avec annonces des sanctions immédiates si les choses ne changent pas. Penser de la sorte serait une méconnaissance de la façon dont la communauté des nations travaille.
La responsabilité revient maintenant au Burundais et, à eux seuls. A voir la litanie de crises qu’a connu le Burundi, il n’y a PERSONNE qui souhaiterait encore voir le Burundi retourner en guerre. Il n’y a aucune raison, AUCUNE ne justifierait les images de destruction qu’on a vues à Benghazi, à Bagdad ou Beyrouth.
Que l’opposition et la Société civile organisent des manifestations pour dénoncer le NON respect de la loi (s’il y a), cela doit être dans le strict respect de la loi et s’il le faut, avec encadrement des forces de l’ordre. Si par mégarde, il y a débordement ou des casses, la responsabilité sera partagée.
C’est maintenant l’heure de la SAGESSE. L’Opposition en particulier est ici, interpellée. Vous connaissez maintenant votre adversaire, la recréation est finie. Préparez-vous à aller vers votre électorat. C’est à vous de prouver que vous avez Meilleur à offrir. Faut-il laisser le CNDD-FDD faire cavalier seul ou faut-il l’engager, ainsi qu’à son candidat, de faire un appel à TOUS ces Burundais qui ont fui pour revenir vous donner leurs votes ? Cela me semble plus sage et plus réaliste.
L’heure est grave ; la façon dont le Burundi et Burundais vont s’en sortir déterminera le degré de maturité de nos politiciens.



Par Rufonya Bernadette, Ottawa, Canada.   ce  dimanche 26 avril 2015   à 18 : 48 : 49

Merci, Kana Antoine-Marie.
Votre note nous invite à la sagesse et à la réflexion pour mesurer l’ampleur de nos comportements durant ces moments décisifs o-u les barundi s’apprêtent à écrire encore une fois leur propre histoire. L’histoire de la Communauté burundaise, notre communauté !

Le peuple burundais est sur la bonne voie, celle de la maturité. Il ne demande à ses dirigeants que de le guider et de l’accompagner afin qu’il se choisisse en qui il confiera sa destinée.

Il ne sert à rien de semer la confusion entre la politique et le droit, entre LE-politique et société-civile, etc... Chacun devrait occuper son domaine pour en tirer le meilleur au maximum. -Atakurenga akarimbi !-
Que la société-civile(ou la presse) occupe la place du politique,(par le politique je veux dire : le Parti au pouvoir et Partis d’opposition), voilà la pire des situations que nous sommes entre de vivre de notre démocratie burundaise.

En démocratie, la seule opposition permise pour contester une candidature ou un candidat, est d’aller aux urnes et de voter massivement contre.
Un contestateur légitime, " Évite la rue et conteste par LE VOTE", de peur de se discréditer. Surtout que la rue, ne résoudra pas nos mille et un problèmes que posent la pauvreté et le sous-développement, la malnutrition et la faim, sans parler de la mauvaise gestion de la chose publique qu’a connu le Burundi depuis la nuit des temps !

Du reste, le Burundi compte encore devant lui des millénaires et des millénaires d’années à vivre. Pourquoi donc nos politiciens voudraient tant se presser pour nous précipiter dans l’abîme ? Pourquoi ne pas faire preuve de patience pour marquer un autre pas de plus dans la résolution pacifique de ce qui les divisent ? Le peuple burundais vous jugera par vos actes et non par vos paroles ! (Un héritage du Prince Louis Rwagasore !!!).



Par Apollinaire N.   ce  lundi 27 avril 2015   à 01 : 39 : 24

La politique est juste une ambition pacifique verbale , pas la guerre , ni la violence . Des messages ont été donnés aux concernés , ils ont été avertis . s’ il vous plaît garder tous les Burundais en toute sécurité !!#Stop #violence !!!



Par SEMIBIRA   ce  mardi 5 mai 2015   à 09 : 53 : 29

Jewe novunira akagohe CNDD-FDD ko yoshira imbere ineza y’igihugu n’abanyagihugu hamwe n’akarangamutima k’umugambwe.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke



a

UA : La Mauritanie accueille le 31ème sommet de l’Union Africaine



a

Burundi : Remise et reprise à Bururi



a

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants



a

Burundi : L’Assemblée nationale vers la nouvelle constitution



a

Politique : Vers la relance du dialogue externe inter burundais ?



a

Politique : Le message du président de la République sur sa candidature de 2020 différemment interprété





Les plus populaires
Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 63 %)

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda,(popularité : 5 %)

3è mandat : Le Vice-président du CNDD-FDD emboite le pas au président de ce parti ,(popularité : 3 %)

Burundi : Remise et reprise à Bururi ,(popularité : 2 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 2 %)

‘’L’école fondamentale commence au début de l’année scolaire’’ ,(popularité : 2 %)

UA : La Mauritanie accueille le 31ème sommet de l’Union Africaine,(popularité : 2 %)

Les acteurs de la vie du pays ont besoin d’être écoutés ,(popularité : 2 %)

De quoi accouchera la conférence de Genève ?,(popularité : 2 %)

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !,(popularité : 2 %)