Muyinga/Des classes fermées pour participer ὰ une compagne du CNDD-FDD




Par: Dieudonné Nzeyimana , mardi 12 mai 2015  à 16 : 32 : 31
a

Lundi 11mai 2015, le parti au pouvoir, le CNDD-FDD a lancé sa compagne électorale pour les élections communales et législatives prévues pour le 26 mai courant. Les militants de ce parti en provenance de toutes les communes de la province et d’autres provinces du Burundi se sont rencontrés en commune de Gashoho de la province Muyinga, a-t-on constaté sur place.

Des écoliers et collégiens des établissements scolaires proches du lieu de rassemblement ont été sommés de participer aux festivités d’ après des sources sur place. Des enfants en uniformes de l’école primaire ou du secondaire croises sur place affirment avoir eu l’autorisation des éducateurs qui ont aussi distribué des uniformes du CNDD-FDD aux élèves pour participer ὰ cette manifestation du CNDD-FDD . C’est le cas du lycée communal de Muyange en commune de Gashoho et les écoles primaires de Jane et Bwasare en commune Gasorwe tel que constaté sur place.


Participation légale d’après les responsables de l’enseignement

Seuls les élèves de la 6eme année ont participé au meeting du parti au pouvoir, affirmation de Joseph Bucampwera , Directeur de l’enseignement en commune Gasorwe. Pour lui, c’est normal et légal que ces écoliers aient participé ὰ la compagne électorale du parti de leur choix, précise-t-il, surtout qu’ils ont terminé le concours national. Il promet de mener ses enquêtes pour savoir si les classes ont été fermées
effectivement pour contraindre tous les écoliers ὰ prendre part au grand rassemblement du parti présidentiel.

Idrissa Simbonyetwose, administrateur de la commune Gasorwe, indique que certains écoliers auraient décidé de participer au meeting par curiosité après avoir manqué les enseignants, ces derniers participant aussi à cet événement, dit-il.

Les syndicalistes condamnent la politisation du milieu scolaire

L’école est un milieu apolitique, avis de Salvator Mutuganyi, représentant ὰ Muyinga, la confédération syndicale du Burundi dite COSYBU. Contraindre les élèves de participer dans des manifestations
politiques est une façon de les détourner de leur mission principale d’étudier, dit-il. Les élèves, étant de familles d’appartenance politiques distinctes, entraîner des enfants en politiques risques de
susciter des conflits politiques entre enfants, poursuit-il




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1807 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Education : Un Examen d’Etat qui se déroule « sans entrave ».



a

Gouvernance : S’agit-il d’un chevauchement des ministères ?



a

Santé : Le virus d’Ebola approche dangereusement le Burundi



a

Signature de la convention de partenariat entre le ministère de l’agriculture et le FIDA



a

La police arrête de nouveau les enfants de la rue à Rumonge



a

Droits de l’homme : Nouvelle contribution au nom de « solidarité locale » !



a

Femmes et maçonnerie : une histoire qui se construit.



a

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète



a

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent



a

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante





Les plus populaires
Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 4 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 4 %)

Education : Un Examen d’Etat qui se déroule « sans entrave ».,(popularité : 4 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 3 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 3 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 3 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 3 %)

Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 3 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 3 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)