Trois mois d’impasse politique au Burundi : croissance économique ralentie


Le Burundi se trouve dans une impasse politique qui a eu des retombées très négatives sur la sécurité en général et sur l’économie burundaise en particulier, le président de la Parcem appelle au dialogue.



Par: Isanganiro , mercredi 12 août 2015  à 15 : 47 : 18
a

Dans une interview accordée au site de la Radio Isanganiro, le président de Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités (PARCEM), déplore cette situation ralentissant les activités dans la capitale Bujumbura d’où proviennent plus de 70% des recettes fiscales de l’Etat.

D’après Faustin NDIKUMANA, président de la PARCEM, cette crise affecte très négativement les recettes de l’office burundais des recettes (OBR), office qui accuse un manque à gagner de plus en plus croissant pour le 2è trimestre.

Faustin NDIKUMANA déplore que même une partie du budget général de l’Etat 2015 a servi au financement des élections au Burundi.

Il s’interroge sur la provenance des salaires des fonctionnaires, le financement de la gratuité des soins pour les moins de 5 ans et de la scolarisation ainsi que d’autres dépenses.

« A l’heure actuelle, pas de croissance économique. La crise politique et sécuritaire dans le pays a contraint les investisseurs à plier bagages au moment où d’autres acteurs économiques ont mis en chômage technique leurs agents comme le témoigne le secteur hôtelier », déplore-t-il.

« Le gouvernement risque de recourir à des planches à billets, ce qui aboutit à une dévaluation de la monnaie, porte ouverte à l’inflation d’ où le Burundi risque de plonger dans ce cercle vicieux », poursuit-il.

Selon lui, si Bujumbura est en panne, il y a des répercutions directes sur la circulation monétaire, une situation qui ne profite à personne d’où il appelle les politiciens à dialoguer.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

468 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rwabuki Tharcise   ce  mercredi 12 août 2015   à 22 : 56 : 44

Et tu penses, M. Faustin que ton cri d’ alarme alerte qui ? Cela ne concerne que toi. Nous on s’ en fout pas mal



Par Ndayizeye Côme   ce  jeudi 13 août 2015   à 13 : 43 : 58

Faustin,tu serait un bon ministre des finances et de l’économie,pourquoi pas un très bon président de la république... Malheureusement,tu as le ventre au même endroit que autres... Et ce ne sont pas les courtisans qui manqueraient pour t’amener à biens faire les bonnes œuvres... Ce que je crois : les burundais sont de la même argile... Na we uri umwungu wa rwa ruyuzi,wob utahashits



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme



a

A quand le démarrage du barrage hydro-agricole de Kajeke ?



a

Agriculture : Vers la « redynamisation » cotonnière au Burundi



a

Muyinga: Un don de lapins accordé aux femmes pour soutenir l’économie familiale





Les plus populaires
Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?,(popularité : 6 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 5 %)

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018,(popularité : 4 %)

Ouverture solennelle des six marchés réhabilités en Mairie de Bujumbura,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Rumonge/ Problème de conservation du Mukeke suite au délestage électrique,(popularité : 3 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 3 %)

Burundi-Finances : un budget de 1388 milliards pour l’année 2018,(popularité : 2 %)

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités,(popularité : 2 %)

Un trou de 80 milliards de Fbu au compte du trésor en 2011, Parcem s’inquiète,(popularité : 2 %)