La réouverture des médias saccagés reste sans issu


Personne ne peut savoir à quand la réouverture des médias burundais fermés depuis le 14 mai. Le procureur général de la République évoque toujours la poursuite des enquêtes judiciaires qui détermineront le rôle des uns des autres dans ce qu’il qualifie de mouvement insurrectionnel.



Par: Isanganiro , jeudi 17 septembre 2015  à 17 : 14 : 59
a

Dans un point de presse tenu jeudi le 17 septembre 2015, le numéro un du parquet général de la République, Valentin Bagorikunda,a révélé les résultats provisoires sur les récentes manifestations contre la nouvelle candidature du président Pierre Nkurunziza.

« Nous avons des éléments de preuve que des médias et certains journalistes ont été associés dans la préparation et l’exécution du mouvement insurrectionnel et de la tentative du putsch qui avaient l’objectif de renverser les institutions de l’Etat ».

Valentin Bagorikunda ne précise pourtant pas quels sont ces médias, ni qui sont ces journalistes. « Les éléments sont là mais ne sont pas encore communicables pour ne pas risquer de fausser les enquêtes qui continuent ».

Ces éléments d’enquêtes dont parle Monsieur Bagorikunda ne portent pas que sur le dossier des médias. Il y a aussi le rôle des organisations membres de la campagne « Halte au troisième mandat », certains partis politiques de l’opposition et certaines personnalités agissant à titre indépendant.

Le procureur général de la République fait savoir qu’il y a des mandats pour mettre la main sur certaines personnes, mais sans plus de précisions non plus.

Selon encore Valentin Bagorikunda les dégâts matériels occasionnés par ce mouvement insurrectionnel se chiffrent à ce jour provisoirement à plus de 51 milliards de francs burundais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

359 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU





Les plus populaires
En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 58 %)

L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 4 %)

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika,(popularité : 3 %)

Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 3 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 2 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 2 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 2 %)

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts,(popularité : 2 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 2 %)

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi ,(popularité : 2 %)