La réouverture des médias saccagés reste sans issu


Personne ne peut savoir à quand la réouverture des médias burundais fermés depuis le 14 mai. Le procureur général de la République évoque toujours la poursuite des enquêtes judiciaires qui détermineront le rôle des uns des autres dans ce qu’il qualifie de mouvement insurrectionnel.



Par: Isanganiro , jeudi 17 septembre 2015  à 17 : 14 : 59
a

Dans un point de presse tenu jeudi le 17 septembre 2015, le numéro un du parquet général de la République, Valentin Bagorikunda,a révélé les résultats provisoires sur les récentes manifestations contre la nouvelle candidature du président Pierre Nkurunziza.

« Nous avons des éléments de preuve que des médias et certains journalistes ont été associés dans la préparation et l’exécution du mouvement insurrectionnel et de la tentative du putsch qui avaient l’objectif de renverser les institutions de l’Etat ».

Valentin Bagorikunda ne précise pourtant pas quels sont ces médias, ni qui sont ces journalistes. « Les éléments sont là mais ne sont pas encore communicables pour ne pas risquer de fausser les enquêtes qui continuent ».

Ces éléments d’enquêtes dont parle Monsieur Bagorikunda ne portent pas que sur le dossier des médias. Il y a aussi le rôle des organisations membres de la campagne « Halte au troisième mandat », certains partis politiques de l’opposition et certaines personnalités agissant à titre indépendant.

Le procureur général de la République fait savoir qu’il y a des mandats pour mettre la main sur certaines personnes, mais sans plus de précisions non plus.

Selon encore Valentin Bagorikunda les dégâts matériels occasionnés par ce mouvement insurrectionnel se chiffrent à ce jour provisoirement à plus de 51 milliards de francs burundais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

342 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points



a

« la situation des droits de l’homme au Burundi est bonne », clame Mutabazi





Les plus populaires
Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 4 %)

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »,(popularité : 2 %)

Les réclamations au CFPP de Nyakabiga refont surface ,(popularité : 2 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 2 %)

La famille Kamatari crie à l’injustice,(popularité : 2 %)

La vérité sur plus de 400 personnes massacrées à Kivyuka en 1996 reste mystérieuse,(popularité : 2 %)

Il est onvoqué par le Parquet de Makamba,(popularité : 2 %)

Kivyuka : Les assassinés ré-assassinés,(popularité : 2 %)

De la perpétuité requise pour les présumés putschistes ,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)