Bubanza : 3è mandat même chez les riziculteurs !


Les cultivateurs de riz encadrés par la Société Régionale de Développement de la plaine de l’Imbo, SRDI en sigle, se lamentent et disent que les présidents de leurs associations ne veulent pas organiser des élections afin de remplacer les comités qui viennent de terminer leurs deuxièmes mandats. Les règlements d’ordre intérieur de ces associations sont clairs : pas de président d’une association peut dépasser deux mandats.



Par: Isanganiro , dimanche 27 septembre 2015  à 20 : 48 : 23
a

Le problème se pose dans quatre villages, à savoir les villages I, IV, V, et VI de la commune Gihanga. Les habitants de ces villages cultivateurs de riz s’étonnent de voir que les élections qui devraient normalement s’organiser au cours du mois prochain ne sont pas encore préparé alors qu’on sait que leur préparation prend au moins deux ou trois mois selon les mêmes riziculteurs.

Ces derniers disent qu’ils entendent on ne sait de quelle bouche que les présidents de leurs associations qui viennent de terminer leurs deuxièmes mandats n’entendent pas céder la place aux autres. Pourtant le règlement d’ordre intérieur de ces associations est clair : l’article 22 stipule que le président dispose d’un mandat de deux ans renouvelable une seule fois et que tout doit se passer à travers les élections.

Les présidents des associations des quatre villages riziculteurs viennent de terminer leurs eux mandats, ayant passé à ce poste pour quatre ans.

« Je ne comprends pas pourquoi notre président ne veut pas organiser les élections pour élire un autre. Nous n’avons connu aucun développement pendant les quatre ans qu’ils nous a dirigés et voilà qu’il cherche à prolonger son mandat », déplore Jean-Claude Nahayo du Village V de la commune Gihanga.

Les riziculteurs contactés pointent du doigt certaines hautes autorités de la province d’être derrière ces prolongations de mandats, dont le gouverneur de Bubanza et le représentant du collectif de toutes les associations de Mugerero .

De son côté, Gaspard Miburo président du collectif de toutes les associations de Mugerero dit que ces riziculteurs devraient attendre ce qui sortira des assemblées générales en préparation. Toutefois, il ne dit rien de ces prolongations des mandats qui choquent les riziculteurs.

Quant à Tharcisse Niyongabo, gouverneur de Bubanza, il renie en bloc toutes les accusations faites à son égard et précise qu’il ne sait rien de cette question de mandat de riziculteurs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

327 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »



a

Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours



a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme





Les plus populaires
Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours ,(popularité : 59 %)

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »,(popularité : 37 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 22 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 21 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 20 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 18 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 18 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 17 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 17 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 17 %)