Le CNDD-FDD et la Jubilee Alliance signent un accord d’amitié à Nairobi

    0
    159


    La coalition présidentielle Kenyane Jubilee, a signé, hier jeudi, un accord avec le parti présidentiel burundais le CNDD-FDD, dans l’optique de nouer des amitiés entre les partis au pouvoir de la sous-région, rapporte The Nation du Kenya.

    Cette formation kenyane qui vient de remporter les élections, et qui est en attente de la validation des résultats par la Cours Suprême Kenyane, « a dit qu’elle est à la recherche des moyens de travailler ensemble avec les partis politiques au pouvoir dans la région de l’Afrique de l’Est pour accélérer l’intégration régionale », selon toujours The Nation.

    Dans les cérémonies de signatures de ces accords, l’un des signataires, le patron du TNA (National Alliance) Johnson Sakaja, a souligné que le pacte avec le CNDD-FDD « est un point de départ pour les partis au pouvoir dans la région est africaine pour soutenir l’idéal de l’EAC » a souligné le journal.

    La coalition signera aussi un pacte avec le parti tanzanien au pouvoir depuis les années 60, Chama cha Mapinduzi (CCM) dans les jours qui viennent selon The Nation, citant toujours Johnson Sakaja.

    Les partis de cette région se parlent pour mettre en place une forme de plate-forme unitaire qui va privilégier les relations amicales entre ces partis, a souligné Johnson Sakaja.

    Pascal Nyabenda, président du CNDD-FDD et qui l’avait représenté dans ces cérémonies de signature à Serena Hotel, a souligné qu’il était prêt à travailler avec cette coalition qui vient de « gagner les élections ».

    « Après des années de guerre notre pays est en pleine reconstruction et nous exprimons notre volonté de travailler avec les autres partis de la région », a souligné Pascal Nyabenda dans ces cérémonies.

    Quelques mois avant les élections présidentielles les leaders de cette coalition Jubilee du Kenya avait fait un déplacement au Burundi ; une visite qui avait fait couler beaucoup d’ancre dans les médias kenyans mais passé inaperçu au Burundi.

    Rappelons que certains leaders de cette coalition, dont Uhuru Kenyatta et Willian Ruto, sont accusés par la Cour Pénale Internationale (CPI) des crimes contre l’humanité pendant les tueries de 2007 des tueries qui ont coûté la vie à plus de 1000 personnes.

    Ces victimes ont été tuées à coup de machettes quand un groupe de gens rejetaient les résultats des élections en 2007.

    La cours international qui fait des enquêtes sur ces tueries a confirmé des charges contre le président élu Uhuru Kenyatta, fils du père de l’indépendance du Kenya Jomo Kenyatta.

    Cependant, les juridictions kenyanes n’ont pas interdit le candidat élu à faire la campagne, le déchargeant de toute accusation portée contre lui par les organisations des victimes de ces tueries.

    En Mars 2013, Uhuru Kenyatta a été élu président de la République, mais la Cours Pénale Internationale, via son Procureur Général Mme Fatou Bensounda a par la suite annoncé que la Cour ne compte pas abandonner les charges contre lui, bien qu’elle l’ait fait pour un collaborateur de Kenyatta, Francis Muthaura.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici