Muyinga/Des Imbonerakure, juges en lieu et place de la justice

    0
    133


    Une octogénaire résidante de la colline Bugomora, commune Muyinga et province Muyinga pleure depuis plus d’une semaine ses deux chèvres pris de force au grand jour par un groupe de trois personnes, présumés être des jeunes militants (imbonerakure) du parti au pouvoir, a-t-on appris de la victime.

    Mme Rosalie Mbuzukongira, plus de 70 ans, indique que les trois hommes se sont présentés chez elle dans l’après-midi de jeudi de la semaine dernière à la recherche du chanvre à fumer qu’elle entretiendrait à l’arrière-cour de sa maison.

    Les trois jeunes à la tête desquels, un certain Ciza de la colline de Mukoni dans la même commune, ont sommé l’infortunée de payer une amende de 250.000 francs faute de quoi elle encourait une peine de 30 ans d’emprisonnement, manière de faire pression sur la vieille. Incapable d’avoir l’argent, les malfrats se sont servis en prenant de force deux chèvres sous pâturage. La bande a même refusé d’attendre que Mbuzukongira vende une parcelle pour trouver l’argent exigé, a-t-on appris sur place.

    Récupérer les deux chèvres, c’est le souhait de cette mère signifiant que le chanvre en question est pour elle une plante médicinale. « Plus d’un sur cette colline a déjà eu des remèdes de cette plante, soit pour soigner les enfants, soit pour le bétail », révélation de Mme Rosalie.

    {{L’administration passive ?}}

    Le chef de colline Bugomora, Elysé Kajeguhakwa, affirme être au courant de ce vol qualifié mais hésite à mettre la main sur les voleurs.

    L’administrateur de la commune Muyinga, Déogratias Rwamuhizi, regrette que l’affaire est restée sans solution parce qu’il était trop surchargé. Il indique avoir convoqué au bureau le nommé Ciza, celui-ci a nié les allégations portées contre lui et sa bande.

    Invité à qualifier les faits, le premier substitut du procureur de la République à Muyinga, a répondu que c’était trop tôt pour faire une qualification des faits avant d‘entendre les parties en conflits. « Toutefois, nous nous saisissons d’office de ce cas, un citoyen lambda ne peut pas agir au nom du parquet », a-t-il dit.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici