L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi

    0
    47

    Ecoutez Isanganiro en direct / Umviriza Radio Isanganiro


    Selon son communiqué, cet office du Haut-commissariat affirme avoir reçu une lettre en date du 5 décembre 2018 du gouvernement du Burundi demandant sa fermeture justifiant que “le Burundi a déjà fait de progrès suffisants dans le domaine des droits de l’homme en mettant en place des mécanismes nationaux de sauvegarde et de réalisations des droits de l’homme” . Cette fermeture, poursuit le communiqué, est devenue effective en date du 28 février après avoir engagé des discussions avec le gouvernement sur les modalités pratiques.
    Au cours de ses 23 ans au Burundi depuis 1995, cet office se réjouit du travail accompli au Burundi dans le cadre de ses missions comme la surveillance et la documentation des violations des droits de l’homme, la fourniture des informations au gouvernement sur la situation des droits de l’homme, les recommandations de mesures correctes et l’établissement des rapports à l’attention des organes compétents des Nations Unies.
    Selon le même communiqué, l’Equipe pays des Nations Unies regrette que la fermeture de ses portes au Burundi soit une perte d’un membre de taille. « L’absence de l’Office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme aura certes un impact sur les interventions du Système des Nations Unies et surtout pour le peuple burundais », déplore cette organisation onusienne.
    Ce système des Nations Unies au Burundi demande au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme à poursuivre les tractations en vue d’une autre forme de coopération mutuelle et bénéfique.
    En 2016 que le gouvernement burundais a pris la décision de suspendre la coopération avec l’Office du Haut- Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici