Burundi : une fille doit-elle savoir cuisiner ?

    0
    499
    Au Burundi, l’âge légal de se marier pour une fille est de 18 ans. A cet âge, la jeune fille est censée être capable d’accomplir ne fut ce que quelques tâches ménagères surtout  la cuisine. Mais comme toute règle a une exception, certaines jeunes filles n’ont pas ce savoir-faire.
    Dans la plupart du temps, la mère reste la garante de l’éducation des enfants. C’est donc à elle qu’incombe la charge de leur apprendre les activités quotidiennes dans un foyer comme par exemple la cuisine, la lessive, la vaisselle etc. Nonobstant, pour diverses raisons, certains parents passent outre leurs responsabilités.
    Tout dépend…
    D’après certaines filles de Bujumbura, l’argent et surtout l’éducation y sont quand même pour quelque chose. « Dans certaines familles « aisées » les parents évitent à leurs enfants de mener une vie semblable à celle qu’ils ont vécue. Ainsi, au lieu de leur apprendre à faire la cuisine, ils cherchent un domestique qui s’occupe de tous les travaux ménagers », fait remarquer Flora, d’une vingtaine d’années. Elle est témoin de cette situation.
    Riches ou pas, d’autres parents décident d’apprendre les travaux domestiques,  surtout la cuisine à leurs filles. Félicité, mère de famille l’explique : « J’ai grandi dans un milieu aisé. Pourtant mes parents, surtout ma mère, m’ont inculqué le sens de responsabilité. Certaines tâches, comme la vaisselle m’étaient exclusivement dédiées. J’essaie de transmettre cette éducation parce qu’elle m’a beaucoup servi dans mon foyer».
    Même si ce comportement est plus présent en milieu urbain, le milieu rural n’est pas épargné. Les filles qui sont passées au banc de l’école s’estiment exemptées des tâches ménagères.
    « A la campagne, parfois, une fille qui a fréquenté l’école est considérée  comme une personne respectable. De ce fait, elle ne peut pas aller à la cuisine pour allumer le fourneau ou bien éplucher les bananes de peur qu’elle se salisse les mains. Ses parents choisissent de s’en charger », révèle une rurale.
    Et pourtant…
    Les enfants, surtout les filles, prennent pour modèle leurs mères et ont tendance à reproduire ce qu’elles font.
    « Lorsqu’un enfant voit sa maman en train de préparer le repas, il  est curieux  de savoir comment cuir les aliments, mais aussi  accomplir d’autres activités connexes. De cette façon, même en l’absence de sa mère, préparer le repas ne pose pas  de problème au sein de la famille», indique toujours Félicité.
    Pour Alice Nkunzimana, coordinatrice de l’association pour la promotion de la fille burundaise (APFB), aucune fille ne devrait fonder son foyer sans savoir manier les casseroles ainsi que faire les autres devoirs du ménage. Cette association recommande aux parents d’apprendre à leurs enfants dès le bas âge les travaux domestiques malgré l’avènement des questions relatives à l’égalité des sexes.

    La vie a des hauts et des bas. Que l’on soit riche comme Crésus ou pauvre comme Job, une femme aura toujours besoin de savoir faire la cuisine.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici