Rumonge : surproduction des mandarines, une alternative?

    0
    646

    Un seau de 10 litres bien garni de mandarines se vend des fois à 2000 Fbu ou même moinsLes cultivateurs de mandarines désespèrent suite au manque d’un marché d’écoulement de leur production.

    Cette année, la saison agricole de ces agrumes a été très généreuse. C’est surtout à Rumonge que s’observe ce phénomène. Une partie de ces mandarines pourri sous les arbres. Actuellement, un seau de 10 litres remplie se vend des fois à 2000 Fbu ou même moins que ça. Cela n’avantage pas ceux qui vivent de la commercialisation de ces produits.

    En effet les récoltes de ces fruits manquent de débouchés international et cela d’autant plus que les frontières sont de nos jours fermées en raison du Covid-19.

    L’avis des agriculteurs

    Joyce Habonimana habitant la colline Kizuka à Rumonge désespère en trouvant par terre ses mandarines. Elle révèle que la culture et la commercialisation de ce fruit l’aide à scolariser ces enfants étudiant hors de Rumonge. L’une des solutions à ce défi proposé par ces cultivateurs est l’implantation d’une usine de transformation de ces fruits comme l’indique Emmanuel Ntirampeba habitant la même colline.

    Le représentant légal du forum des organisations des producteurs agricoles du Burundi, Festus Ciza de son coté, demande au gouvernement burundais de penser toujours à la transformation lorsqu’il y’a excès de production, surtout fruitière, à chaque fois qu’il sensibilise la population à augmenter la production agricole.

    L’autorité tranquillise tout de même

    Juvénal Bigirimana, gouverneur de Rumonge explique que des études en vue d’une implantation d’une telle usine à Kizuka en commune Rumonge, sont presque achevées avec l’appui des nations unies pour le développement.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici