Burundi : L’adhésion aux mutuelles de santé reste problématique

    0
    2674
    Edouard Nkurunziza, directeur de la PAMUSAB

    La plateforme des acteurs des mutuelles de santé au Burundi (PAMUSAB) indique que les mouvements mutualistes contribuent au financement des structures de soins. Néanmoins, le taux faible d’adhésion est l’un des défis évoqués qui hantent ce secteur.

    Le secrétariat permanent de la commission nationale de protection sociale en collaboration avec les partenaires au développement a organisé une semaine dédiée à la protection sociale, du 08 au 10 Novembre à Gitega. Différents thèmes ont été exposés. Parmi ces derniers, figurent ceux en rapport avec la contribution du mouvement mutualiste burundais dans le financement du secteur de la santé et des stratégies de mobilisation des ressources dans le secteur informel.

    Le directeur de la PAMUSAB a précisé que les mutuelles de santé aident les centres de santé à fonctionner. « Sur une période de cinq ans, les mutuelles de santé accompagnées par le PAMUSAB avaient collecté un montant d’un milliard deux cent millions de francs burundais. 79 pourcent de ces fonds collectés des cotisations ont été utilisés pour la prestation des soins », précise Edouard Nkurunziza. Et d’ajouter que l’adhésion aux mutuelles communautaires réduit de 81 pourcent les dépenses de santé des ménages.

    Des entraves ne manquent pas

    Le directeur de la PAMUSAB explique que beaucoup de burundais ne sont pas encore affiliés aux mutuelles de santé et que cela constitue un défi majeur. Selon lui, les chiffres démontrent que si on augmentait le nombre d’adhérents, le montant des fonds collectés localement augmenterait. Ainsi, les systèmes de santé seraient financés d’une manière autonome sans devoir faire recourt à des appuis extérieurs. Ce directeur souligne également l’insuffisance d’un cadre légal. Pour lui, des lois et textes s’avèrent nécessaires pour que les mutuelles de santé puissent avoir un statut réel et fonctionner conformément à la loi.

    De ce fait, des recommandations ont été formulées lors de cet atelier de la semaine dédiée à la protection sociale. Il s’agit notamment de prévoir un plan de communication de la politique nationale de protection sociale à l’intention de toutes les parties prenantes et l’élaboration d’une feuille de route de mise en place d’une couverture sanitaire universelle.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici