La fermeture des stades de football décriée par tous

    0
    150


    La population de Buyenzi estime que la fermeture des stades de football décidée par le ministre de l’intérieur risque de constituer une brèche pour la délinquance parmi les jeunes.

    Au cours d’une série d’interviews que ces jeunes ont accordées à la Radio Isanganiro sur la crise qui secoue le football et qui a par ailleurs poussée le ministre de l’intérieur à prendre pareille décision, les amateurs du ballon rond en commune de Buyenzi se sont inscrits en faux contre la mesure.

    Ces jeunes estiment que le football va davantage aller decrescendo car les qualités de nos footballeurs vont davantage s’effriter. Puisque les stades sont fermés, les familles qui vivent du football seront laissées pour compte selon ces personnes. Ils jugent que les instances habilitées devraient s’entendre à travers un dialogue inclusif pour pouvoir débloquer la crise qui secoue le football.

    Selon eux, la balle est dans le camp du gouvernement. Le ministre de la jeunesse, des sports et de la culture Adolphe Rukenkanya ne précise pas du tout l’autorité qui a pris la mesure. Il a dit le ministère de tutelle avait exigé la suspension des entrainements pendant deux semaines suite à une grave crise qui faisait parler d’elle au sein de la fédération de football. Cette crise du football a lieu suite aux élections prévue au sein de la fédération de football du Burundi.

    4 personnes dont le sénateur Réverien Ndikuriyo élu dans la circonscription de Makamba au sud du Burundi réclament le départ de l’actuelle présidente de la FFB, Lydia Nsekera. Lors des questions orales à l’assemblée nationale, certains parlementaires ont indiqué que le parti au pouvoir le CNDD FDD aurait pour objectif de récupérer la fédération de football du Burundi.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici