Le football burundais menacé par des politiques

    0
    130


    La Fédération Internationale de Football (FIFA) se montre inquiète par « l’interférence des tiers » dans la gestion de la Fédération de Football du Burundi (FFB) selon une correspondance émanant du Secrétaire Général Adjoint de la FIFA, Markus Kattner.

    Réagissant à une autre correspondance de la part de la Président de la Fédération de Football du Burundi, Lydia Nsekera, Kattner explique que « des interventions des autorités ou de partis politiques dans certaines élections provinciales ne manquent pas d’inquiéter, car il s’agit d’une claire interférence dans les affaires internes de la FFB et donc en violation des Statuts de la FIFA ».

    Se basant sur les articles 13 et 17 des statuts de la FIFA, le secrétaire général adjoint de la FIFA explique que chaque association doit être gérée de « façon indépendante et sans ingérence d’aucun tiers ».
    Si les choses continuent de cette façon, même des sanctions sont possibles, selon cette lettre de la FIFA.

    « Tout manquement à ces obligations peut entrainer une prise de sanctions contre la FFB et ses membres allant jusqu’à la suppression de la FFB », continue la lettre.

    Pour bien suivre ce qui se passe au Burundi en ce qui est des élections du 17 novembre 2013 au cours desquelles les dirigeants de la fédération seront élus, la FIFA et la CAN vont envoyer des observateurs pour suivre de près ce qui se passe au Burundi dans le domaine de football.

    Si Lydia Nsekera est perçue comme celle qui a re-dynamisé le football burundais en conduisant à la qualification de l’équipe nationale au CHAN et à la victoire de Vital’o dans la CECAFA, elle est accusée par ses détracteurs de n’avoir rien fait pour développer le foot burundais.

    Lydia Nsekera, première femme à siéger au sein du Comité Exécutif de la FIFA depuis sa création, est une veuve mère de deux enfants et est à la tête de la FFB depuis 2004 et vient de terminer deux mandats de quatre ans comptés suivant la formule olympiade. Cependant, le nombre de mandats n’étant pas limité en foot, elle peut tout de même tenter à se succéder.

    L’élection du bureau de la FFB a chaque fois causé des problèmes, et ce bureau n’a jamais cessé de diviser. Lors des élections du weekend dernier, il avait été raconté par les médias que les sympathisants de Lydia Nsekera avaient été malmenés par certains éléments de la police, comme à Bubanza et à Karusi, sur injonctions des détracteurs de Nsekera.

    Lors des élections de dimanche, sur quinze associations provinciales de football qui avaient été représentées, les détracteurs de Lydia Nsekera ont pu remporter dans 10 provinces sur les quinze qui étaient présentes.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici