Editorial:Qui va sauver la voirie routière au Burundi ?

    0
    166


    Rien n’ est sublime que de voir une voirie urbaine attirant les passants et quand c’ est une capitale, c’est extraordinaire. Les conducteurs se sentent aisés dans la circulation routière. Nonobstant , la réalité est autre à certains endroits de la ville de Bujumbura ? Certaines routes et ponts sont menacés. Au début , des nids de poules , ils s’ agrandissent au jour le jour au point de gêner la circulation, dès fois, bonjour les accidents; les conducteurs en sont témoins? A titre illustratif , c’ est le rond point des Nations Unies , plus particulièrement la route Bujumbura-Mutakura sur une dizaine de mètres , devant l’hôtel Water Front ancien Novotel , près de la banque kenyane KCB, devant l’entreprise Brarudi ,et j’ en passe.

    Par peur de tomber niches involontairement creusés , des cortèges de véhicules a moteur , tricycles et bicyclettes se disputent durant des minutes un passage encore intact. Ce n’ est pas seulement le centre ville et le nord de Bujumbura , l’ on ne saurait passer sous silence les nids de poule constatés sur les routes des zones Musaga et Kanyosha . Le cas le plus frappant , c’ est cette route tellement menacée par une fissure non loin du petit séminaire de Kanyosha à Kinanira 2 à l’ endroit communément appelé chez Vyisi. Si la réhabilitation n’est pas rapide , l’ on comptera sur le bout des doigts les jours restant pour que se coupe en deux.

    Au niveau du pont Muha sur la route Bujumbura-Rumonge , tout près de la salle des fêtes dites Magnificat , des indications rappelle à l’ ordre les conducteurs. Il n’ est pas aisé de répertorier toutes ces routes , la réalité c’ est que la ville de Bujumbura continue à s’ agrandir , les principales routes ne suivent pas le rythme , une fois impraticables , leur réhabilitation semble-t-il vient de loin. Parfois , des initiatives des individus pour boucher ces nids , sont notées , mais c’ est éphémère , inhabituel dans la ville de Bujumbura.

    Difficile de comprendre réellement qui fait quoi, ont récemment haussé le ton certains des élus du peuple. A la mairie de Bujumbura , l’ on s’occupe des rues à l’ intérieur des quartiers , estimant que cela est du ressort de la direction des routes .Au niveau de cette direction , l’ on affirme que la responsabilité est la leur mais un Fond est aussi disponible mais disent -ils , les moyes font défaut.

    Que chacun assume correctement sa responsabilité , c’ est tout au moins l’ idéal , mais il ne faudrait pas attendre que le pire arrive.IL FAUT SAUVER CE QUI RESTE A SAUVER.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici