Burundi : les contrôles douaniers effectués à la main à l’aéroport de Bujumbura

    0
    174

    Les bagages des passagers entrant par l’aéroport international de Bujumbura sont fouillés à la main sous la supervision des agents de l’office burundais des recettes, OBR. Motif, selon ces agents, c’est la vérification de probables articles frauduleux. Ces derniers demandent que ce contrôle soit effectué par un scanner car la fouille manuelle prend beaucoup de temps, ce qui fatigue davantage les passagers. L’office burundais promet que le Scanner sera rendu disponible dans deux mois.

    Ce contrôle de bagages s’effectue au niveau de la salle d’attente des bagages en débarquement où se trouve un tapis roulant sur lequel circulent ces derniers. Tout autour, les passagers récupèrent un à un leurs bagages. A la sortie se trouvent les agents de l’office burundais des recettes, certains en gilets jeunes et d’autres portent des badges pour identification. De la bouche de ces agents sortent deux questions : « Que contient ce bagage, ouvre-le pour le contrôle douanier ».

    Les passagers sont obligés de parcourir objets par objets pour le contrôle de l’OBR. Comme la radio Isanganiro l’a constaté, s’il y a un bagage est emballé, ces agents demandent au propriétaire de se mettre à l’écart pour l’ouvrir tranquillement. Certains des passages entrants déplorent cet état de contrôle qu’ils jugent fatiguant, car regrettent –ils, les objets chambardés risquent de ne plus contenir dans l’emballage ou encore, cette vérification manuelle aggrave l’état de fatigue des passagers. Ces derniers demandent que de telle activité soit effectuée par un Scanner spécial.

    Selon les agents de l’OBR en place, ce scanner avait été installé sans cette salle mais il a été enlevé par les responsables de l’aéroport international de Bujumbura. Pour eux aussi, si cet outil est rendu disponible, il pourra faciliter ce contrôle de bagage.

    Au sein de l’Office Burundais des Recettes, on reconnait que la vérification est manuelle parce que le Scanner qui était utilisé a été affecté ailleurs par les services aéronautiques pour des raisons de sécurité. Le commissaire général de l’OBR appelle les passagers à être patients et à déclarer au préalable leurs marchandises avant une telle vérification Cependant, Audace Niyonzima tranquillise que un autre Scanner sera disponible dans deux moins.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici