Burundi : Les  « kadogo » et leurs misères

    0
    823

    Dans les ménages, on voit souvent des travailleurs adolescents faisant des travaux domestiques. Ces tâches, attribuées par leurs patron(e)s sont parfois au-dessus de leur potentiel physique. Cette exploitation et ce viol des droits de ces enfants se fait au vu et au su de tous. Souvent appelés « Kadogo » (petit garçon), certains d’entre eux vivent un calvaire.

    Matias a 16 ans. Il a quitté  ses parents il y’a quelques années pour venir chercher un travail à Bujumbura. Dès l’aube à la tombée de la nuit, il doit accomplir toutes les tâches ménagères. Il travaille dans la zone urbaine de  Cibitoke. « Je suis obligé de me réveiller très tôt le matin. Je torchonne la maison, après je dois faire la vaisselle et la lessive avant de préparer le repas », explique-t-il.

    Accusé à tort

    La plupart de ces travailleurs mineurs ne savent ni lire, ni écrire. Certains n’ont  jamais mis les pieds à l’école d’autres préfèrent abandonner à l’école primaire. Leur exploitation devient par conséquent facile. Devant cette scène, chacun essaie de fermer les yeux pour ne pas voir les souffrances de ces enfants.

    Fautifs parfois, il arrive qu’ils soient chassés de leur travail. «  Des fois, nous sommes chassés pendant la nuit. Dans ce cas on dort dans la rue. Une de mes amies a déjà été violée. Rien qu’à penser que cela peut m’arriver j’ai peur », confesse Chadia, 17 ans.

    Nyandwi Nadine  mère de 4 enfants, regrette ce phénomène d’exploitation des enfants. « Ces travaux ont des conséquences néfastes dans leur avenir, ils travaillent très dure.  Leur place est  à l’école » lance-t-elle.

    Droit à la protection

    Ferdinand Simbaruhije, secrétaire exécutif de la fédération des associations engagées dans le domaine de l’enfance FENADEB en sigle,  avance la pauvreté comme origine de l’exploitation des enfants dans les ménages. « Certaines familles burundaises vivent dans des conditions de pauvreté malgré un taux de natalité élevé. D’où alors certains de ces enfants vont dans les centres urbains ou dans les  grandes villes à la recherche du travail. »   Selon lui, le gouvernement  devrait prendre des mesures efficaces pour lutter contre l’exploitation des enfants dans les ménages.

    En fin de compte le respect des droits des enfants devrait non seulement être une préoccupation pour le gouvernement  mais aussi tout en chacun devrait se sentir concerné et réfléchir aux conséquences qu’engendrent ces pratiques.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici