Kirundo : 209 km pour un contrôle technique

    0
    248

    Les motards faisant le transport rémunéré du centre de Kirundo disent avoir du mal à obtenir le document appelé « contrôle technique » octroyé par l’office du transport en commun(OTRACO). Ce document qui était au départ octroyé à Ngozi même , est actuellement délivré à Bujumbura.

    Certains motards de Kirundo affirment qu’avoir le contrôle technique de leur moto est devenu chose difficile. Pour avoir ce document, ils doivent faire 209 Km en allant à Bujumbura. Avant, ce document était perçu à Ngozi soit un trajet de 82 km.

    Certains choisissent l’irrégularité 

    A cause des frais et du temps que ces usagers de motos dans le transport rémunéré doivent utiliser et passer, certains d’entre eux préfèrent travailler sans celui-ci. « Même si on va jusqu’à Bujumbura, il nous faut au moins 3 jours pour être servi. Il faut faire la queue car on y trouve beaucoup d’autres demandeurs de ce document », Indique Alphonse. A cela s’ajoute, les frais d’hébergement et de restauration, mais encore les frais de carburants car il faut bien amener sa moto.

    Afin de s’épargner toutes ces dépenses, certains motards ont choisi de fuir les policiers et de ne travailler que là où ils ne peuvent arriver. Eric affirme : « afin d’éviter de croiser la police qui se positionne souvent à la sortie du centre, certains d’entre nous ne dépassent plus le centre de Kirundo. Si ces agents responsables de la circulation routière entrent dans le centre urbain, c’est une véritable course qui commence. » 

    «  Il faut attendre 2021 » 

    Monfort Ndagijimana, Directeur Administratif et Financier de l’OTRACO, indique être au courant de la situation. Néanmoins, il fait savoir que ce problème a été dû au manque d’équipements conformes au nouveau système de contrôle des documents. Il explique. « Nos commandes ont traîné suite à la pandémie de Covid-19. Néanmoins, les motards peuvent être tranquilles car d’ici 2021 nous allons pouvoir ré-ouvrir les agences en province de Ngozi et Gitega. Nous avions commencé par la capitale économique pour ensuite aller à l’intérieur du pays».

    Devant cette impasse, les motards de Kirundo devront attendre jusqu’à l’année prochaine, si et seulement si leur capital tient le coup.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici