Ngozi : pénurie de ciment ou spéculation ?

    0
    295

    Depuis deux semaines le prix du ciment a augmenté d’au moins 5000 franc burundais par sac voire plus, une fois disponible en province de Ngozi.

    Sur pas mal de points de vente du ciment, que ce soit au marché central de Ngozi, l’endroit communément appelé « ferme » ou ailleurs, les vendeurs indiquent que les stocks sont vides pour le moment. Mais pour certains, ce produit est discrètement vendu à prix élevé. Un sac de 50 kilo qui coûtait 24500 franc burundais (prix fixé par le gouvernement Burundais) se vend à 30 000.

    Interrogés sur les causes de la pénurie de ce produit, les grossistes répliquent que la commande est déjà faite et que d’ici peu, il sera disponible. Même son de cloche chez les semi-grossistes. Mais, les personnes ayant des chantiers de construction en cours parlent de spéculation. Elles demandent à qui de droit d’intervenir afin d’y remédier.

    Les spéculateurs mis en garde

    Le ministère du commerce a aussi constaté les spéculations qui se font autour de la vente du ciment. Dans cette optique la ministre Immaculée Ndabaneze a effectué, ce samedi, une visite surprise à l’usine BUCECO pour s’enquérir de la situation. Son constat a été qu’il n’y a aucun problème lié à la  production.

    Dans une conférence de presse tenue ce mardi, le directeur général du commerce  de ce ministère a annoncé que 700 tonnes de ciment ont été distribuées ce lundi. Plus de 800 tonnes vont être distribués ce mardi de façon équitable sur tout le territoire national. Chrysologue Mutwa a profité de l’occasion pour avertir les commerçants et les commissionnaires spéculateurs qui enchérissent ce produit que des sanctions vont leur être infligées.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici