Qui pour combler le vide affectif des personnes âgées ?

    0
    183
    ©Jimbere Magazine

    D’après un recensement, cette catégorie représente 4 % de la population Burundaise. Souvent placé dans des centres pour personnes âgées, certains de ces hommes et femmes de plus de 60 ans affirment avoir un sentiment d’abandon par leurs familles. 

    Chaque 1 er octobre, les personnes en âge avancé sont à l’honneur. Des tonnes de vivres et de pagnes leur sont offertes. Au niveau national, cette journée a été célébrée en province Bubanza. En tout 200 personnes âgées de Gihanga ont bénéficié de la part de la première dame une assistance constituée de la farine pour bouillie, du sucre, deux tonnes de riz, une tonne de haricot, et des pagnes. Dans son discours, Angeline Ndayishimiye, a conseillé aux enfants d’être plus proches de leurs parents au lieu de juste les placer dans des centres pareils.

    Souvent déjà fragilisées par une maladie ou handicapées, certaines des personnes âgées, sont jetées aux oubliettes. Catherine, 90 ans vit dans un centre à Bubanza. « Je viens de passer 3 ans sans voir mes proches. La dernière qu’ils sont venu, c’était pour déposer dans ce centre. Je me sens si abandonnée », affirme-t-elle. 

    Les biens matériels priment sur les relations affectives

    Dans la culture burundaise, les personnes âgées devraient être prises en charge par les familles restreintes. Le psychologue et chef de poste au centre neuropsychiatrique de Kamenge, dit chez le gentil, en mairie de Bujumbura explique que si ces personnes sont transférées dans des centres d’hébergement, leurs parents devaient leur rendre visite régulièrement. Au lieu de se soucier en premier de leur fournir des biens matériels comme l’argent, leur santé mentale devait primer. 

    D’ailleurs ces centres ne sont pas, selon lui, équipés comme il se doit. « Ailleurs ces centres sont sous surveillance de professionnelles qualifiées. Ceux qui accompagnent ces personnes âgées au Burundi devaient avoir une formation spécifique afin de mieux les comprendre ainsi combler leur manque émotionnel et affectif. Se sentir écouté et compris par leur entourage est très important. » 

    Toutefois, ce rôle revient en premier aux membres de la famille. À défaut de ne pas les rencontrer tête à tête, ils doivent tout au moins les appeler régulièrement car ces petits gestes leur évitent des maladies comme la dépression et l’Alzheimer.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici