Le culte d’Eusébie : une mère désespérée à la quête de ses enfants

0
468
©Pixabay

Une mère de la zone urbaine de Gihosha en mairie de Bujumbura s’est vu arracher ses enfants par leur père. Ce dernier, adepte d’Eusébie, les embarque dans ses voyages liés au culte, les privant de différents droits dont celui lié à l’éducation.

Chaque douzième jour du mois, Eusébie Ngendakumana, (la fondatrice de cette secte) et ses adeptes se rendent à Businde, en province Province Kayanza pour prier la vierge Marie. Hommes, femmes participent à cette retraite. En conséquence, certains enfants sont victimes de l’appartenance religieuse de leurs parents.

Un chaos familial

Sylvie Hicintuka est mère de 6 enfants. Elle déplore sa situation familiale, qui n’a cessé de se dégrader depuis 2008, année à laquelle son mari a adhéré à la secte.

« Mon mari est devenu partisan d’Eusébie en 2008. C’était à Businde. Peu de temps après, il a commencé à s’absenter au service. Lors d’une des retraites à Businde, mon mari été emprisonné deux ans successifs. Cinq mois après sa sortie de prison, il a pris nos enfants pour les emmener avec lui au Congo. Heureusement, un mois après, assisté par Interpol Burundi, j’ai pu récupérer mes enfants. » Raconte-t-elle d’une voix frêle.

Le récent emprisonnement de son mari date de 2020. Avec la grâce présidentielle du mois de mars dernier, il est sorti de prison. « Jusque-là tout allait bien. Mais ce vendredi le 28 mai, il vient encore de quitter le foyer avec mes 3 enfants. » Rapporte cette maman.

Sylvie implore l’aide des autorités afin qu’elle puisse retrouver ses enfants qui ont été forcé par leur père d’abandonner les études. D’ailleurs les parents qui entraînent leurs enfants avec eux dans le culte d’Eusébie qui à les déscolariser sont à punir sévèrement selon elle. Elle appelle au discernement des enseignements religieux.

Dimanche le 31 mai, plus de 30 adeptes d’Eusébie dont 17 enfants ont été arrêtés en commune Musigati de la province Bubanza. Ils étaient en route vers Businde selon leurs déclarations. L’autorité communale a indiqué à la presse que ces adeptes ont outrepassée les conseils prodigués relatifs à leur prière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici