Rufyiri bientôt devant la justice pour « diffamation » au maire de la ville de Bujumbura ?

    0
    181


    Le président de l’Observatoire de Lutte Contre la Corruption et les malversations Economiques, Olucome, sera bientôt devant la justice sur plainte du maire de la ville de Bujumbura Evrard Giswaswa, après que cette organisation ait accusé le maire de la ville et le président du Sénat d’avoir transféré les titres de certains de leurs avoirs à leurs enfants.

    Sur les ondes de l’une des stations de Bujumbura, le maire de la ville Evrard Giswaswa a juré de porter Gabriel Rufyiri devant la justice pour diffamation, se montrant choqué par les propos tenus par le président de l’Olucome, qui l’accuse d’avoir transféré ces titres à son enfant de moins de 6 ans.

    Selon le Maire de la ville de Bujumbura, l’Olucome et surtout son président Gabriel Rufyiri, ont franchi leurs limites. « Je n’ai jamais fait ça, » a déclaré le maire de la ville de Bujumbura, Evrard Giswaswa.

    Selon Giswaswa, aucune loi burundaise n’interdit le transfert des titres de propriétés à son enfants. Le président de l’Olucome est perçu, par le maire, comme quelqu’un qui ment pour stimuler certaines gens à lui donner des fonds pour son fonctionnement et le fonctionnement de son organisation.

    Bien que le contexte juridique autour des avoirs des particuliers n’interdise pas à les transférer à leurs enfants, Evrard Giswaswa dit avoir appris les propos de Rufyiri avec amertume et promet de faire recours à la justice.

    Gabriel Rufyiri avait souligné ce dimanche, en marge d’une réunion des représentants de l’Olucome dans tous le pays, que certains agents de l’administration et les hauts cadres du pays sont directement impliqués dans des affaires de malversations économiques.

    Il avait accusé, ouvertement le maire de la ville d’avoir concédé pour une durée de 30 ans, un bâtiment à son propre enfant, un enfant âgé d’au moins 6 ans, partagé avec un certain Hakizimana Prosper, alias Gisiga, lui aussi proche du maire de la ville selon l’Olucome.

    Rufyiri avait aussi annoncé que même le président du Sénat Burundais, Gabriel Ntisezerana a, lui aussi, transféré ces titres de propriétés à son enfant de moins 12 ans, des propriétés de 50 hectares et 50 autres à sa femme.

    Les membres de l’Olucome avaient menacé de faire une marche contre la vie chère au Burundi dans les jours qui viennent.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici