LES ELECTIONS AU KENYA ETAIENT LIBRES ET RÉGULIERES SELON LES OBVSERVATEURS REGIONAUX

    0
    191


    Par Isaac Mwangi/ Agence est-africaine de Presse

    Arusha, 8 Mars 2013 (EANA) – Les Observateurs des élections générales au Kenya commis par les Communautés économiques régionales ont donné un bilan de santé positif au scrutin.

    Un communiqué conjoint de la Mission d’Observation de la Communauté de l’Afrique de l’Est(EAC), du Marché Commun de l’Afrique Australe et Orientale(COMESA) et de l’Autorité intergouvernementale pour le Développement(IGAD), a exprimé son optimisme que l’atmosphère pacifique qui a régné au cours du scrutin lundi va perdurer durant les autres étapes du processus électoral.

    « Même s’il ya eu quelques défis concernant la vérification des électeurs, la Mission conclut que les élections générales de 2013 ont répondu aux normes régionales, continentales voire internationales de crédibilité et de transparence » lit le communiqué sorti mardi.

    Le rapport préliminaire de ces Observateurs a évalué la situation politique menant aux élections, le processus de nomination de candidats par les partis politiques, les campagnes, les listes électorales, et le rôle des média. Il s’est penché aussi sur les événements au jour des élections : le taux de participation aux urnes, la procédure de vote, le personnel des bureaux de vote, les questions de sécurité, ainsi que les observateurs et agents des partis politiques.

    Le rapport félicite la Commission électorale indépendante (IEBC) pour sa conduite professionnelle, et les services de sécurité pour s’être assuré que la loi et l’ordre prévalent durant le processus électoral. « Les cas isolés de violence n’ont pas noirci la conduite pacifique générale des élections » fait remarquer le rapport.

    Le rapport des Observateurs régionaux a noté néanmoins le taux élevé de bulletins nuls qui pourrait avoir un impact sur les résultats, mais a souligné que cela pourrait être imputable aux niveaux insuffisants de la compréhension des procédures de vote.

    Le Communiqué a été lu par le chef de la Mission de la CAE Abdulrahman Kinana, en présence de celui de la COMESA Dr Simmbi Veke Mubako et celui de l’IGAD Dr Berhane Ghebray.

    Du côté des lacunes, les Observateurs ont relevé la lenteur des opérations de vote, un votant prenant de six à huit minutes aux urnes dans les régions urbaines et plus de dix minutes dans les zones rurales. Ils ont dénoncé beaucoup de cas d’électeurs assistés, surtout dans des zones rurales. Le rapport a aussi dit que dans beaucoup de bureaux de vote, le registre électronique des électeurs était défectueux et avaient des défaillances de batterie. Ceci a conduit la IEBC à recourir à la vérification manuelle des électeurs. Le rapport a également relevé quelques situations où les noms des votants manquaient dans le registre des électeurs.

    Notant que beaucoup de bureaux de vote ont fermé après l’heure officielle prévue à 17h00 suite au retard d’ouverture, le taux élevé de participation et la lenteur du processus de vote, le communiqué des Observateurs dit que cela a retardé les opérations de dépouillement et le comptage des voies.

    Et nonobstant le fait que les formulaires des résultats étaient signés par les responsables des bureaux de vote et des agents des partis dans bien de bureaux, les Observateurs ont fait remarquer que ces formulaires n’étaient pas affichés en dehors des bureaux de vote comme prévu par la loi électorale.

    S’appuyant sur ses constatations, l’équipe conjointe a recommandé que des mesures appropriées soient prises pour permettre à tous les Kenyans de la Diaspora qualifiés pour les élections d’exercer leur droit démocratique comme énoncé dans la constitution. Elle a insisté sur une régulière mise à jour du registre électoral afin d’en assurer l’exactitude, et que l’éducation civique des électeurs soit améliorée pour favoriser une meilleure compréhension du processus électoral.

    Les autres recommandations concernent la poursuite des réformes judiciaires pour conférer au Registraire des partis politiques les pouvoirs de conduire les élections primaires des partis dans des délais appropriés ; que ce soit dans l’identification des bureaux de vote, des mesures appropriées pour faciliter l’accès aux handicapés, et l’exploration des mécanismes pouvant renforcer l’engagement des différents intervenants dans l’intégration et la cohésions nationales.

    M. Kinana, ancien Président de l’Assemblée législative la Communauté de l’Afrique de l’Est a exhorté les candidats à accepter les résultats de l’élection ou, si lésés, à s’en remettent à la justice pour réparation.

    Les trois Communautés économiques régionales ont déployé au total 78 observateurs dans 40 sur 47 circonscriptions électorales du Kenya.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici