Le personnel de l’aéroport International de Bujumbura bientôt en grève

    0
    466


    Le Syndicat des Travailleurs de l’Aviation Civile (STAC) va entamer, depuis le 11 octobre 2012, un mouvement de grève d’une semaine contre la nouvelle stratégie de gestion qui retire l’autonomie de gestion à l’Autorité de l’Aviation Civile.

    Dans un préavis de grève de ce jeudi adressé à l’Inspecteur Général du Travail, ce syndicat dénonce le non respect des textes internationaux, c’est à dire « un traité International ratifié par le Burundi », en matière de transport aérien, « étant donné que la loi susdite est hiérarchiquement soumise aux traités internationaux ».

    En effet, les reformes en cours à l’aéroport International de Bujumbura, prévoient le retrait, selon cette correspondance, de l’autonomie de gestion de ce service aéronautique à l’autorité de l’Aviation Civile.

    Et si une fois, le retrait est effectif, avertit le préavis de grève, la grande partie des travailleurs de ce service seront renvoyés et ça sera en contradiction avec la loi.

    Estimant que les lois en matière de l’aviation civile nationale se conforment aussi à celles de l’aviation civile internationale, le préavis déplore, par voie de conséquence, un retour en arrière dans la gestion de cet espace aéroportuaire.

    Les conséquences, selon le préavis, sera l’incapacité de l’autorité à réagir dans des situations d’urgence, et surtout la perte de confiance des usagers internationaux dans l’aviation civile burundaise en général, et dans l’aéroport international de Bujumbura. En plus, des compagnies internationales, prévient le préavis, risquent de d’éviter l’aéroport international de Bujumbura.

    Une source proche de l’instance de l’aviation civile fait savoir que des rendez-vous pour discuter de cette situation sont déjà fixés. Tout en reconnaissant que le syndicat des travailleurs a le droit de revendiquer, la source souligne cependant qu’il faut suivre des lois en matière de réclamation syndicale.

    Cette source qui a requit l’anonymat tranquillise que les travailleurs ne vont pas perdre leur travail, mais souligne que le Burundi doit se conformer aux lois internationales en rapport avec l’aviation civile. Avec l’intégration du Burundi dans la Communauté de l’Afrique de l’Est, une harmonisation dans ce secteur est aussi d’une grande importance.

    Le Burundi, comme tout autre aéroport du monde, doit faire des ajustements aéroportuaires dans le but de lutter contre le terrorisme et la sécurisation des espaces, d’où la nécessité des reformes, conclut notre source.

    En ce qui est de l’autonomie de gestion, notre source souligne que tous les aéroports du monde entier ont une autonomie de gestion. Le Burundi, ne doit pas faire d’exception, sauf qu’il y aurait eu de malentendu entre ces travailleurs et le Gouvernement.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici