Fundi encore devant la cour d’appel de Bujumbura

    0
    299

    Ecoutez Isanganiro en direct / Umviriza Radio Isanganiro


    Edouard Misago connue sous le sobriquet de Fundi a été entendu par la cour d’appel de Bujumbura à propos de sa probable évasion de la prison ce mercredi.

    Vers 9 heures, plus d’une vingtaine de détenus entrent dans les locaux qui abritent la cour d’appel de Bujumbura. Ils sont dans le couloir où passent aussi d’autres personnes qui viennent s’imprégner de l’évolution. Edouard Misago est au milieu de ces personnes apparemment à l’aise.

    Certains des journalistes cherchent à voir ce membre du FNL dont le procès ne prend pas fin. Autour de lui se trouvent d’autres personnes, qui apparemment sont ses proches. Ils ne quittent pas des yeux ce locataire de la prison centrale de Muramvya.

    Plus de 30 minutes plus tard, Fundi répond à l’appel des magistrats près la cour d’appel de Bujumbura assisté par son avocat.

    Les débats dans la chambre de conseil vont durer plus d’une trentaine de minutes. A sa sortie, il est souriant. Son avocat, lui, reste pessimiste. « Je ne préfère pas dire beaucoup de chose aujourd’hui car rien n’a changé par rapport à ce que j’avais dit la semaine écoulée. En moins de 48 heures, la cour va statuer sur le procès ». La toge à la main, Me Alexis Nduwimana prend ses valises et rentre.

    Le témoignage de Pierre Claver Mbonimpa est tout autre. Les rebondissements sont inéluctables autour de ce procès selon lui. Ce mercredi, il est prévu une audience publique autour de ce procès suite à la demande du procureur général de la république. Ce dernier a interjeté appel en indiquant que le ministère public n’a pas été satisfait de l’issue de ce procès.

    Pour Pierre Claver Mbonimpa, président de l’Association pour la Promotion des droits de l’homme et des détenus, l’issue du procès en appel sera connue après l’audience publique de mercredi.

    Au niveau de la cour d’appel, Me Alexis Nduwimana et son client s’attendent à ce que Fundi comparaisse en jouissant de sa liberté provisoire.

    Après les élections de 2010, Edouard Misago , l’un des membres du parti Forces Nationales de Libération, FNL, proche de Rwasa Agathon a été arrêté et incarcéré, accusé de participation dans les bandes armées en commune de Kanyosha. Il a bénéficié d’une liberté provisoire plus tard. C’est lorsque Rwasa Agathon est revenu sur la scène politique après 3 ans d’exil qu’il a été arrêté. Le ministère public lui reproche de s’être évadé de la prison au moment où il brandit le billet d’élargissement. Pierre Claver Mbonimpa estime que ce procès est purement politique.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici