CVR : Un enfant dont la naissance est secoué d’intérêts

    0
    47

    Ecoutez Isanganiro en direct / Umviriza Radio Isanganiro


    « Nous osons affirmer que le retard de la mise en place de la commission vérité et réconciliation dépend en grande partie d’un manque de volonté politique dont sont responsables les partis politiques qui sont dans les institutions en place depuis les élections de 2010 », ce sont les propos de François Bizimana porte parole du parti CNDD.

    Au cours d’une interview qu’il accordée à la Radio Isanganiro ce samedi à propos des probables causes qui auraient été à la base du retard dans la mise en place de la CVR, le porte parole du parti CNDD a accusé les gestionnaires de la vie politique du Burundi. Pour lui, les formations politiques aujourd’hui dans les institutions à savoir le Frodebu Nyakuri , le CNDD- FDD et l’Uprona n’ont pas du tout un agenda politique à exécuter en commun depuis 2010 pour ce qui est de la CVR .

    Pour ce, il serait erroné pour ces partis de converger autour de la mise en place de la CVR puisqu’il n’ y a pas de programme consensuel entre ces partis politiques.

    Le cheval de bataille ne peut pas être la CVR parce que certaines des hautes autorités probablement auteurs des crimes imprescriptibles dans le passé de ce pays risqueraient de ne pas avoir droit à se faire élire pour les élections prévue en 2015. Pour le porte parole du parti CNDD, les intérêts de certaines autorités de ce pays ont inéluctablement primé sur les intérêts du pays.

    La réaction de François Bizimana a lieu au moment où le président de la république a depuis 2010 dit que la Commission Vérité et Réconciliation sera mise en place avant la fin de l’année. Plus de 3 ans, le peuple qui s’attend à la mise en place de la CVR s’impatiente.

    Un projet de loi y relatif se trouve sur la table du parlement mais les partis Uprona et le CNDD- FDD divergent sur le contenu. La société civile burundaise a déjà regretté de constater que ce projet de loi risque d’ouvrir plutôt la porte à l’impunité dont les hautes autorités du pays risquent de bénéficier.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici