La réouverture des médias saccagés reste sans issu

    0
    43

    Ecoutez Isanganiro en direct / Umviriza Radio Isanganiro

    Personne ne peut savoir à quand la réouverture des médias burundais fermés depuis le 14 mai. Le procureur général de la République évoque toujours la poursuite des enquêtes judiciaires qui détermineront le rôle des uns des autres dans ce qu’il qualifie de mouvement insurrectionnel.

    Dans un point de presse tenu jeudi le 17 septembre 2015, le numéro un du parquet général de la République, Valentin Bagorikunda,a révélé les résultats provisoires sur les récentes manifestations contre la nouvelle candidature du président Pierre Nkurunziza.

    « Nous avons des éléments de preuve que des médias et certains journalistes ont été associés dans la préparation et l’exécution du mouvement insurrectionnel et de la tentative du putsch qui avaient l’objectif de renverser les institutions de l’Etat ».

    Valentin Bagorikunda ne précise pourtant pas quels sont ces médias, ni qui sont ces journalistes. « Les éléments sont là mais ne sont pas encore communicables pour ne pas risquer de fausser les enquêtes qui continuent ».

    Ces éléments d’enquêtes dont parle Monsieur Bagorikunda ne portent pas que sur le dossier des médias. Il y a aussi le rôle des organisations membres de la campagne « Halte au troisième mandat », certains partis politiques de l’opposition et certaines personnalités agissant à titre indépendant.

    Le procureur général de la République fait savoir qu’il y a des mandats pour mettre la main sur certaines personnes, mais sans plus de précisions non plus.

    Selon encore Valentin Bagorikunda les dégâts matériels occasionnés par ce mouvement insurrectionnel se chiffrent à ce jour provisoirement à plus de 51 milliards de francs burundais.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici