Un pas certes dans la lutte contre la torture,…mais

    0
    125


    La satisfaction est totale dans l’Association Chrétienne pour l’Abolition de la Torture ce mercredi après que le parlement ait adopté à l’unanimité le protocole facultatif portant convention contre la torture, les traitements, cruels, inhumains et dégradants.

    De la part du président de cette association, Armel Niyongere désormais les organisations de lutte contre la torture , les traitements inhumains et dégradants auront droit de suivre de près les cas de violations dont sont souvent victimes les personnes détenues de manière préventives parce qu’elles auront le droit de visiter les cachots . “Ces organisations auront les possibilités de plaider en faveurs des probables personnes victimes de ses infractions”, a t il souligné .

    “Tout n’est pas terminé”, a souligné cependant le président de l’ACAT. Selon Armel Niyongere, la justice Burundaise n’est pas encore totalement indépendante raison pour laquelle l’on ne pourrait pas tellement se réjouir. Pour lui, tel constitue un défi pour que le droit soit dit le plus objectif possible. Le Burundi est le 69ème pays dans le monde à pouvoir adopté ce protocole facultatif portant convention contre la torture, les traitements, cruels, inhumains et dégradants.

    Dans l’explication des motifs au parlement, le ministre de l’intérieur Edouard Nduwimana a indiqué que le Burundi dans la sous région des pays de l’Afrique de l’Est, sera le seul à adopter ce projet de loi. Cela dit, le Burundi servira à travers d’exemple ce projet de loi en luttant contre ces infractions dans cette sous régions ?

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici