Certaines organisations en visite à P C Mbonimpa

    0
    37

    Ecoutez Isanganiro en direct / Umviriza Radio Isanganiro


    Plus d’une trentaine de représentants des organisassions de la société civile regroupées au sein du Forum pour le renforcement de la société civile et autres ont rendu visite au président de l’Aprodh à la prison centrale de Mpimba ce vendredi. « Pierre Claver Mbonimpa se porte très bien et son esprit et celui d’un défenseur des droits de l’homme aguerri », a déclaré Gertrude Kazoviyo, au sortir de cette visite.

    Au nom de ces organisations, Gertrude Kazoviyo a affirmé que nul n’ignore que P C Mbonimpa est emprisonné non pas parce qu’il a commis une faute quelconque mais seulement pour avoir fait un clin d’œil aux autorités publiques. Plutôt que de l’emprisonner, les autorités auraient pris des dispositions nécessaires afin de protéger les Burundais dans leur sécurité, a dit Gertrude Kazoviyo.

    « ….bien sûr il y a des personnes qui n’auraient pas voulu que cela soit porté à la connaissance du public, et c’est pour cela que probablement P C Mbonimpa est ici », a-t-elle a ajouté.

    Elle a aussi signalé que cette visite des organisations de la société civile à P C Mbonimpa s’inscrit non seulement dans le cadre de son soutien mais aussi pour encourager tous ceux qui aiment ce pays, tous ceux qui travaillent pour le bien du pays de na pas baisser les bras, mais de continuer dans le même sens.

    Selon ces organisations, la place de ce défenseur des droits de la personne humaine n’est en aucun cas la prison, vu les services qu’il a déjà rendu aux victimes d’injustice.

    « Mbonimpa ce n’est pas n’importe qui, ce n’est pas n’importe quel défenseur des droits humains, c’est parmi les principaux défenseurs des droits humains que nous connaissons dans notre pays, dans la sous région et même dans le monde. Donc, ce que Mbonimpa a déjà fait pour le pays peut être considéré comme un patrimoine national », a souligné Gertrude Kazoviyo au nom de ces organisations.

    Concernant la pétition lancée par ces organisations ; Gertrude Kazoviyo dit qu’il y a beaucoup de personnes qui l’ont déjà signé et d’autres qui ne l’ont pas encore fait, mais qui demandent que la pétition reste en cours pour qu’ils puissent la signer. Pour cette raison, elle a tenu à informer que l’apposition des signatures sur la pétition va continuer au delà du délai de 15 jours qui avaient été fixé au début.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici