FORSC: L’Unité Nationale se cherche encore

    0
    138


    Le Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, plaide pour la mise en place d’une commission nationale pour la prévention des crimes de guerre, crimes de génocide et des crimes contres l’humanité et d’un conseil national pour l’unité nationale pour que l’unité nationale devienne une réalité.

    Pour Pacifique NININAHAZWE, Délégué Général du FORSC, le 5 février 1992 est une date historique pour le BURUNDI car, pour la première fois, les burundais ont jugé que l’unité nationale est le socle du développement

    Selon lui le pays célèbre cette journée en faisant face à certains défis, notamment aux difficultés d’ordre idéologiques qui risquent se répercuter négativement le peuple, à l’instar des problèmes ethniques de part le passé .

    Certains burundais vivent dans une peur panique. Ils ont peur de mourir à cause de leurs opinions politiques. D’autres prennent le chemin de l’exil suite à leurs appartenance politiques.

    Le délégué général du FORSC indique que la constitution de la république du BURUNDI contient des dispositions qui reconnaissent l’existence des commissions nationales pour palier ce défi. Il s’agit de la commission nationale pour la prévention des crimes de guerre, des crimes de génocides et des crimes contre l’humanité et du conseil national pour l’unité nationale.

    Pour que l’unité nationale devienne le fondement des valeurs du pays ces commissions devraient voir le jour, selon toujours le Délégué Général du FORSC.

    La célébration de l’Unité Nationale en mairie de BUJUMBURA a eu lieu en présence du premier Vice-président de la République, Thérence SINUNGURUZA. Trois anciens présidents burundais avaient aussi pris part à ces cérémonies .

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici